Rwanda : des soldats français de nouveau accusés de viols

le
0
Deux témoignages viennent nourrir les accusations portées depuis 2004 contre les militaires de l'opération Turquoise. Le mensuel Causette , qui les a recueillis, fait état de menaces et de piratages entourant son enquête.

C'est une douloureuse affaire qui dure depuis 17 ans. Après le génocide de 800.000 Rwandais en 1994, la France s'est trouvée placée au banc des accusés. Pour son manque de réaction d'abord, pour ses relations ambiguës avec le pouvoir génocidaire ensuite, pour les exactions supposées menées par ses soldats lors de l'opération Turquoise enfin. Les témoignages de deux Rwandaises, publiés mercredi dans le mensuel Causette, alimentent ce dernier volet : les deux femmes affirment avoir été violées par des militaires français. Sans avoir osé aller en justice, elles corroborent les accusations de trois autres Rwandaises qui ont porté plainte en 2004 devant le Tribunal aux armées de Paris.

Le camp de réfugiés de Nyarushishi cristallise la plupart des accusations. Situé dans l'extrême sud-ouest du Rwanda, il était placé à l'été 1994 sous la protection des militaires français envoyés dans le cadre de l'opération Turquoise. Mais une des déplacées tutsies qui s'est...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant