Russie : un hacker pirate le compte Twitter de Medvedev

le
0
Russie : un hacker pirate le compte Twitter de Medvedev
Russie : un hacker pirate le compte Twitter de Medvedev

Il fallait oser ! Le compte Twitter du Premier ministre russe Dmitri Medvedev a été piraté jeudi matin. « Le hacker » en a ainsi profité pour annoncer la démission du chef de l'exécutif et critiquer le président Vladimir Poutine. Les abonnés au compte @MedvedevRussia ont pu découvrir ce premier message : « Je démissionne. J'ai honte de mes actes à la tête du gouvernement. Je vous prie de m'excuser ».

«Le compte de Dmitri Medvedev a été piraté, les messages ne sont pas authentiques. Nous cherchons une solution», a déclaré un porte-parole du gouvernement cité par l'agence de presse russe RIA Novosti. Huit tweets au total ont été publiés entre 10h15 et 11h00 locales (06H15 et 07H00 GMT) avant que ne soit rétabli le contrôle sur le compte du Premier ministre russe, et que les faux messages soient effacés.

« Vova, tu te trompes ! »

L'un des Tweets publiés par «le hacker» s'en prend directement au président russe Vladimir Poutine, l'appelant par son diminutif familier : « Cela fait longtemps que je voulais le dire : Vova, tu te trompes ! »

« La Crimée n'est pas à nous » déclare un autre tweet, détournant le mot d'ordre « la Crimée est à nous », repris dans les médias et sur quantités d'objets souvenirs depuis le rattachement en mars dernier de la péninsule ukrainienne à la Russie, survenu après l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes à Kiev.

Le ou les pirates font également référence à un décret gouvernementale publié la semaine dernière et exigeant des usagers de réseaux wifi publics qu'ils donnent des informations personnelles, y compris le numéro de leur passeport, afin d'accéder à Internet. «En dépit de notre initiative, il semble que les hooligans n'en aient rien à f... de l'accès au réseau par passeport», fait ainsi mine de s'indigner le faux Premier ministre russe.

Le piratage du compte de Dmitri Medvedev est rapidement devenu le principal sujet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant