Russie-Ukraine : pas de compromis sur le gaz après un week-end sous tensions

le
1
Russie-Ukraine : pas de compromis sur le gaz après un week-end sous tensions
Russie-Ukraine : pas de compromis sur le gaz après un week-end sous tensions

L'appel de la diplomatie occidentale à la «désescalade» entre la Russie et l'Ukraine semble avoir été vain... Une semaine plus tôt en Normandie, les premiers contacts entre le nouveau président ukrainien Petro Porochenko et son homologue russe Vladimir Poutine avaient pourtant fait naître l'espoir d'une détente... Mais ce week-end de mi-juin, qui s'est achevé par une absence de compromis sur le gaz, a été particulièrement tendu entre Moscou et Kiev.  Retour sur ces deux jours de crise.

Nuit de vendredi à samedi : un avion militaire ukrainien abattu par des insurgés pro-russes

C'est l'élément déclencheur : l'attaque d'un avion militaire de transport ukrainien. L'appareil est abattu par des insurgés armés pro-russes à Lougansk, dans l'est du pays, un des bastions des insurgés. Bilan : 49 morts, neuf membres d'équipage et 40 parachutistes. C'est l'attaque la plus meurtrière dans les rangs des forces ukrainiennes depuis le déclenchement en avril d'une opération «antiterroriste» du pouvoir de Kiev dans l'est rebelle.

Samedi : manifestations à Kiev et incident diplomatique

Dans la journée de samedi, quelque 300 manifestants ukrainiens se rassemblent devant l'ambassade de Russie à Kiev. Ils décrochent le drapeau russe tandis que d'autres renversent les voitures diplomatiques, jettent des pavés et un cocktail molotov sur le bâtiment. Les forces de l'ordre restent passives. A Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov estime que les manifestants voulaient que «le sang soit versé» et dénonce l'inaction de la police ukrainienne qui, de son côté, annonce dimanche trois arrestations.

Rajoutant aux tensions, le ministre ukrainien des Affaires étrangères est filmé en train d'insulter le président russe Vladimir Poutine. Devant une foule de manifestants en colère, il lâche :«Poutine est un connard». Moscou crie au scandale. Pour Sergueï Lavrov, les propos de son homologue ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le dimanche 15 juin 2014 à 19:09

    Il n'y a rien à négocier si ce n'est le paiement de la dette gazière.