Russie : Poutine ressuscite l'URSS

le
6
Russie : Poutine ressuscite l'URSS
Russie : Poutine ressuscite l'URSS

« CELUI QUI NE REGRETTE PAS l'URSS n'a pas de coeur ; celui qui souhaite sa restauration n'a pas de tête », a déclaré un jour Vladimir Poutine. Le président russe est certes un homme de tête, mais son coeur prend le dessus ces derniers temps. Jamais les efforts pour restaurer l'influence de Moscou sur ses anciens satellites de l'URSS n'ont été aussi visibles, de la reconquête militaire de la Crimée jusqu'aux efforts diplomatiques pour créer l'Union eurasienne, pendant russe à l'Union européenne, regroupant la plupart des anciennes républiques soviétiques. L'expansionnisme est lié au désir de voir la Russie revenir au premier rang mondial. Le mot superpuissance est revenu dans le vocabulaire des journalistes proches du Kremlin, accompagné d'imprécations envers l'Occident calquées sur celle de la guerre froide... mais sans le lexique marxiste-léniniste en vigueur à l'époque

Après vingt ans d'errements idéologiques, le Kremlin revient à ses anciens modèles. Un peu d'emprunts à l'époque tsariste, beaucoup à l'époque soviétique. Le culte de la victoire de 1945 prend de plus en plus d'ampleur. Chaque année, le Kremlin finance une dizaine de longs-métrages glorifiant les soldats de l'Armée rouge. Tout bon patriote se doit d'accrocher à sa voiture ou d'épingler à sa veste le ruban de Saint-Georges orange et marron, autrefois la plus haute décoration militaire soviétique. Le culte de Staline reste limité aux plus radicaux (dont, paradoxalement, des hiérarques orthodoxes), mais le dictateur est de plus en plus décrit comme un bon gestionnaire dans les nouveaux manuels d'histoire. Un leader qui a su conduire le peuple à la victoire et a industrialisé le pays. Et tant pis pour les dizaines de millions de morts que le stalinisme a provoqués... Quant à Lénine, dont la momie reste exposée dans le mausolée de la place Rouge, plus personne n'ose aujourd'hui réclamer son enterrement.

Les opposants qualifiés de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 5 avr 2014 à 19:28

    Une petite fille: Papa? Quelle différence entre exciter et énerver ? Ben, un exemple. Il y a 15 ans ta mère m'excitait, aujourd’hui elle m'énerve...Ségolène nue devant le miroir admire sa poitrine. Qu'est-ce qui t'arrive dit François ?... Et bien, je suis allée chez le docteur et il m'a dit que j'avais des seins d'une jeune fille de 18 ans! C'est bien, hein ?...Ah oui, ricane François, et qu'est-ce qu'il a dit de ton tr-/ou du Kh-/ul de 60 ans? Rien. On n'a pas parlé de toi François.

  • mlaure13 le samedi 5 avr 2014 à 19:27

    Quand Pinocchio s'aperçu qu'il était en bois? Lorsqu'il s'est masturbé, il a pris feu...Comment appelle-t-on un dinosaure pédé ? Un tripotanus….Chez le pharmacien: Je voudrais un préservatif parfumé… Le pharmacien : A quel parfum le voulez-vous ? Aux pommes, c'est pour tirer un boudin...Une femme nue, se regarde devant la glace. Elle dit à son époux : Je me trouve horrible à regarder, grasse et ridée...J'ai besoin d'un compliment: Le mari répond: Tu as une bonne vue.

  • Berg690 le samedi 5 avr 2014 à 10:43

    Il n'y aurait donc que la Russie qui n'a pas évolué?

  • M1531771 le samedi 5 avr 2014 à 10:07

    Mais je vous l'accorde avec peut être dans son cas un soupçon de "Tsarisme" !

  • M1531771 le samedi 5 avr 2014 à 10:06

    Berg690, ce n'est un secret pour personne que Poutine est un grand nostalgique de l'ancienne URSS...!?! Non ?

  • Berg690 le samedi 5 avr 2014 à 09:55

    Un article non signé, complètement orienté, des affirmations gratuites en bref un article idéologique anti Poutine. Ce genre de littérature des années 60 qui devient aujourd'hui contre productif. Le parisien coule en même temps que le reste des masse-médias dans la guerre froide comme s'il n'attendait que ça.