Russie : Poutine offre des hectares en Sibérie

le
0
Vladimir Poutine en vacances en Sibérie en 2009. Le président russe s'inquiète du dépeuplement dans l'est du pays.
Vladimir Poutine en vacances en Sibérie en 2009. Le président russe s'inquiète du dépeuplement dans l'est du pays.

« Si on ne réagit pas, on finira tous par parler chinois. » À chacune de ses visites dans l'Extrême-Orient russe, Vladimir Poutine lâche la même phrase. Une mise en garde face à l'appétit du grand voisin prêt à occuper les espaces vides de Sibérie pour y exploiter les richesses du sous-sol. Un oukase du chef du Kremlin vient donc de tomber : chaque Russe se verra attribuer gratuitement un hectare de terre en Extrême-Orient s'il décide de s'y installer. Un terrain exempt d'impôt qu'il devra exploiter pendant cinq ans avant d'en devenir pleinement propriétaire. Si le terrain demeure inexploité, les autorités le récupéreront. Moscou espère ainsi attirer 30 millions de personnes sur un territoire vaste comme l'Europe et peuplé de seulement 7,4 millions d'habitants.

Kamchatka, Khabarovsk, Birobidjan, Magadan, Sakhaline, Tchoukotka? Autant de terres désolées et glacées que Poutine entend reconquérir. En effet, la Russie souffre d'un handicap : sa faiblesse démographique liée à un taux de mortalité élevé. Or, au Sud, trois provinces chinoises jouxtant sa frontière offrent une main-d'?uvre de 200 millions d'âmes.

Selon les sondages des autorités, 28 % des personnes interrogées se disent prêtes à prendre la route vers l'est.

Sauf qu'un tel projet est semé d'embûches. D'abord, les candidats au déménagement hériteront d'un bout de terre situé au c?ur de la taïga, privé d'électricité et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant