Russie: Microsoft soupçonné d'abus de position dominante

le
0
Russie: Microsoft soupçonné d'abus de position dominante
Russie: Microsoft soupçonné d'abus de position dominante

Les autorités russes de la concurrence, après s'être intéressées ces derniers mois à Google et Apple, ont annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête contre le groupe informatique américain Microsoft pour abus de position dominante sur le marché des logiciels antivirus.L'agence fédérale antimonopole (FAS) explique dans un communiqué avoir pris cette décision après avoir été saisie par le spécialiste russe de la sécurité informatique Kaspersky. Elle reproche à Microsoft d'avoir réduit à six jours ouvrés le temps mis à la disposition des éditeurs de logiciels tiers pour adapter leur antivirus au système d'exploitation Windows 10 contre deux mois pour les versions précédentes.Quand un utilisateur de Windows installe la dernière version du système d'exploitation, son antivirus devient inopérant et celui de Microsoft, Windows Defender, devient actif par défaut. Avec seulement quelques jours à leur disposition, les éditeurs comme Kaspersky estiment ne pas avoir le temps de proposer un service convenable à leurs utilisateurs."Dans la mesure où Microsoft édite lui-même l'antivirus Windows Defender, actif automatiquement, si les logiciels tiers n'ont pas le temps d'être adaptés à Windows 10, de telles mesures apportent un avantage injustifié à Microsoft", a souligné le directeur adjoint du FAS, Anatoli Golomolzine, cité dans un communiqué.De son côté, le laboratoire Kaspersky a assuré dans un communiqué avoir saisi les autorités russes, mais aussi la Commission européenne, "après des mois de négociations infructueuses et de multiples tentatives épuisantes de résoudre cette situation directement avec Microsoft".En août, le FAS avait ouvert une enquête contre le fabricant informatique Apple, soupçonné d'entente avec ses revendeurs sur les prix des iPhone.Le même mois, il avait condamné Google à une amende de plus de 400 millions de roubles, soit près de six millions d'euros, pour abus de position ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant