Russie : les candidats courtisent les artistes

le
0
Entre le conservateur Poutine et le libéral Medvedev, le c?ur - et le portefeuille - des cinéastes russes balance.

Si le temps est loin où Staline commandait à Eisenstein des films de propagande dédiés à sa gloire, les metteurs en scène du pays n'ont jamais rompu leurs liens consanguins avec le pouvoir.

Ainsi, la promesse de renaissance d'un parti étiqueté libéral, sous la houlette de Mikhaïl Prokhorov, a séduit des artistes, qui rechignaient hier à rejoindre une quelconque chapelle. Bien connu des cinéphiles français, Pavel Lounguine, l'auteur de Taxi Blues et de L'Île, s'est affiché aux côtés de l'oligarque lors du récent congrès de Juste Cause, tout comme son collègue Andreï Konchalovsky et l'acteur Leonid Iarmolnik. «Le discours de Prokhorov me plaît beaucoup, il veut placer l'homme au centre de l'État alors qu'en Russie, le pouvoir a toujours été tout-puissant», explique Pavel Lounguine, qui dirige également l'Académie franco-russe du cinéma.

Du nickel au grand écran

En revanche, les régisseurs ont accueilli tièdement la création, par Vladimir Poutine, du Fro...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant