Russie: le fondateur du "Facebook russe" quitte le pays, internet sous surveillance

le
0
Russie: le fondateur du "Facebook russe" quitte le pays, internet sous surveillance
Russie: le fondateur du "Facebook russe" quitte le pays, internet sous surveillance

Le fondateur du premier réseau social russe, Pavel Dourov, a annoncé mardi avoir quitté la Russie, évoquant des tensions avec les autorités, dans un contexte de plus en plus difficile pour les utilisateurs d'internet en Russie.Le turbulent fondateur de VKontakte (VK), réseau social favori des Russes qui surpasse dans l'ex-URSS son concurrent américain Facebook avec plus de cent millions d'utilisateurs, a assuré ne pas avoir l'intention de revenir en Russie, au lendemain de l'acceptation de sa démission par VK.La raison: le refus de M. Dourov de remettre au FSB (services secrets russes, ex-KGB) les données personnelles des organisateurs du groupe Euromaïdan, central dans la contestation pro-européenne en Ukraine."J'ai peur qu'il n'y ait pas de retour en arrière", a-t-il confié au site américain TechCrunch, spécialiste des informations sur le secteur technologique. "Pas après que j'ai refusé publiquement de coopérer avec les autorités. Elles ne peuvent pas me supporter.""Malheureusement, (la situation en Russie) est incompatible en ce moment avec le business sur Internet", a-t-il ajouté.Au même moment, la Douma (chambre basse du Parlement russe) a adopté une série de lois présentées en un arsenal visant à lutter contre le terrorisme, mais qui devrait surtout aboutir à un plus grand contrôle par les autorités de l'Internet, un des derniers espaces de liberté de ton dans un pays habitué aux médias d'Etat.- Les blogueurs en ligne de mire -Les blogueurs en sont les premiers visés. La chambre basse du Parlement russe a adopté mardi de nouvelles lois qui confèrent à ces derniers les mêmes obligations qu'aux médias.Tout blogueur dont le site reçoit plus de 3.000 visiteurs par jour devra ainsi se signaler auprès de l'autorité de contrôle des médias, Roskomnadzor, et conserver tous ses données pendant six mois.Les blogueurs sont également tenus entre autres de vérifier la véracité de leurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant