Russie : La Rusada ouvre une enquête

le
0
Russie : La Rusada ouvre une enquête
Russie : La Rusada ouvre une enquête
Alors que la Russie se trouve au coeur d'un battage médiatique depuis la diffusion d'un documentaire allemand, pointant du doigt un réseau de dopage généralisé dans les rangs de ses athlètes, l'agence russe antidopage (Rusada) annonce lancer sa propre enquête.

A-t-elle reçu le feu vert de l'Agence mondiale antidopage ? En a-t-elle reçu la demande officielle? Ou a-t-elle plutôt décidé d'anticiper cette requête ? Impossible d'en connaître l'élément déclencheur pour le moment, mais la Rusada (agence russe antidopage) a annoncé ce vendredi, avoir ouvert une enquête concernant les accusations de dopage généralisé des athlètes russes portées dans un documentaire allemand. Une décision qui fait suite au documentaire diffusé le 26 novembre dernier sur la chaîne allemande ARD, et intitulé « Dopage confidentiel : comment la Russie fabrique ses vainqueurs ». Il incrimine l'athlétisme russe et fait le portrait d'une fédération gangrénée par le dopage et la corruption, avec l'appui de différents témoignages accablants d'anciens sportifs et anciens membres de
la Rusada, comme Vitali Stepanov.

« Tant qu'il n'y a pas de demande officielle de l'Agence mondiale antidopage à ce sujet, nous estimons que toutes les spéculations et déclarations sont gratuites » expliquait encore ce jeudi Nikita Kamaïev, le patron de la Rusada. Vingt-quatre heures plus tard, la même agence russe antidopage annonce dans un communiqué passer à l'acte. « Pour vérifier la véracité des faits annoncés dans le documentaire allemand diffusé par la chaîne de télévision ARD, la Rusafa ouvre sa propre enquête sur les gens présentés dans le film et l'information qu'ils ont apportée ». Dans le communiqué, l'agence russe antidopage conclut : « à l'issue de cette enquête, la Rusada publiera ses résultats sur son site officiel ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant