Russie : l'UE prépare des sanctions, Moscou menace de rétorsions économiques

le
1
Russie : l'UE prépare des sanctions, Moscou menace de rétorsions économiques
Russie : l'UE prépare des sanctions, Moscou menace de rétorsions économiques

Choqués par le drame du vol MH17, les Européens s'apprêtent à prendre pour la première fois des mesures économiques d'envergure contre la Russie, et cette décision pourrait avoir des conséquences sur leurs économies si Moscou optait pour des mesures de représailles. 

François Hollande, Barack Obama, Angela Merkel, David Cameron et Matteo Renzi ont «confirmé» lundi «leur intention d'adopter de nouvelles mesures» contre la Russie, au vu de l'évolution de la situation en Ukraine. Une réunion des ambassadeurs de l'Union européenne est prévue mardi.

Mais ce geste risque de leur coûter cher sur le plan économique: le FMI a prévenu que les sanctions à l'encontre de Moscou pourraient avoir des répercussions sur les pays de la région ayant des liens commerciaux «très actifs et très directs» avec la Russie, notamment en Europe centrale et orientale.

 En outre, il «est évident qu'il y a un risque de représailles russes», souligne un diplomate européen, comme des embargos commerciaux. La Russie est souvent accusée d'utiliser l'arme commerciale, notamment avec des motifs sanitaires, comme moyen de pression diplomatique. Elle a ainsi menacé lundi de limiter les importations de certains fruits en provenance de l'UE parce qu'on a découvert la présence d'un insecte ravageur.

Les retombées sur l'économie européenne sont dans tous les esprits alors que les 28 envisagent de couper les financements des banques publiques russes sur leur sol et d'interdire la vente d'armes, de technologies sensibles dans le domaine de l'énergie et de biens à double usage militaire et civil à Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine a demandé lundi au complexe militaire russe de limiter ses importations d'armes. Il a assuré que l'industrie de la Défense russe était «tout à fait» capable de produire tout ce dont le pays avait besoin, lors d'une réunion qui s'est tenue dans la résidence de l'homme fort de Russie, près de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le mardi 29 juil 2014 à 08:56

    Perso, je ne vois pas en quoi le fait que les russes se mettent a produirent chez eux ce qu'il nous achetaient va etre mauvais pour eux et bon pour nous.