Russie : l'opposant Navalny condamné après la plainte d'Yves Rocher, l'Europe proteste

le
1
Russie : l'opposant Navalny condamné après la plainte d'Yves Rocher, l'Europe proteste
Russie : l'opposant Navalny condamné après la plainte d'Yves Rocher, l'Europe proteste

Alexeï Navalny, l'homme considéré comme l'opposant N°1 de Vladimir Poutine, n'a pas pu se rendre ce mardi soir place du Manège à Moscou, à deux pas du Kremlin, où était organisé une manifestation de soutien à sa personne. Il a été interpellé (voir tweet ci-dessous) comme au moins 132 de ses partisans, selon une télévision indépendante. Une mobilisation a eu lieu également à Saint-Pétersbourg.

Dans la matinée, au terme d'une lecture inhabituellement rapide du jugement, un tribunal de Moscou  l'a reconnu coupable d'escroquerie et l'a condamné à trois ans et demi de prison avec sursis. Son petit frère Oleg, moins en vue, a écopé de la même peine, mais ferme. Leur faute?  Ils auraient détourné des fonds via leur société de transport au détriment d'une filiale russe de la société française de cosmétiques Yves Rocher. Une affaire délicate.

VIDEO. Russie : l'opposant Navalny et ses partisans arrêtés

La condamnation par la justice russe d'un des principaux porte-voix de l'opposition russe «semble avoir une motivation politique», a aussitôt regretté l'Union européenne. Pour Washington, il s'agit-là «d'un développement inquiétant».

VIDEO. Russie : l'opposant Alexeï Navalny et son frère condamnés

Yves Rocher reconnaît n'avoir subi «aucun dommage»

L'entreprise française Yves Rocher avait déposé plainte, avant finalement de préciser par la voix de Christian Melnik, directeur financier de sa filiale russe, n'avoir subi «aucun dommage» à la suite de sa collaboration en 2008 avec la société de transport des frères Navalny, Glavpodpiska. Ces derniers étaient accusés d'avoir détourné 27 millions de roubles (près de 400.000 euros).

Dans cette affaire, la société française marche sur des œufs. Elle jure ne pas être à l'origine de la procédure et n'avoir déposé plainte que pour défendre ses intérêts et avoir accès au dossier lorsque les enquêteurs russes ont commencé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titresyl le mercredi 31 déc 2014 à 07:43

    on arrete des voleurs NORMAL !!! NON !