Russie et Arabie ont discuté d'un gel de la production

le , mis à jour à 13:56
1
 (Actualisé avec les propos des ministres) 
    MOSCOU, 13 avril (Reuters) - Le ministre de l'Energie russe 
Alexander Novak a discuté mardi avec le ministre du Pétrole 
saoudien Ali al-Naimi d'un gel de la production pétrolière, a 
déclaré à Reuters la porte-parole du ministre russe, sans autre 
précision. 
    Alexander Novak a dit de son côté qu'il espérait que soit 
conclu un accord de gel de la production le 17 avril à Doha, au 
Qatar. "Nous sommes optimistes; nous allons là-bas pour un 
accord", a-t-il dit à la presse, à l'occasion d'un déplacement 
en Arménie, précisant que 17 pays devait participer à cette 
réunion. 
    Les cours ont progressé de plus de 4% mardi  CLc1  LCOc1  
après que l'agence Interfax, citant une source diplomatique de 
Doha, eut dit que la Russie et l'Arabie saoudite s'étaient 
entendues sur le principe d'un gel de la production. 
    Novak a ajouté que tout accord qui serait signé à Doha ce 
mois-ci pourrait avancer de trois à six mois le rééquilibrage du 
marché mondial. Le ministre a dit aussi qu'il voyait le baril de 
brut à 50 dollars d'ici la fin de l'année et à 60-65 dollars sur 
la période 2017-2018, selon la porte-parole.  
    Dans un entretien au journal al-Hayat, Ali al-Naimi a 
toutefois exclu une réduction de la production saoudienne. 
"Oubliez cela", a-t-il dit.   
 
 (Alexander Winning et Olesya Astakhova, avec Hasmik Mkrtchyan 
et Celine Aswad, Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • songeur3 il y a 11 mois

    Point essentiel est de savoir si la flexibilite des Shale oils permet de redemarrer facilement les puits sous cocon en cas de hausse des cours. Si c'est le cas, oubliez une hausse perenne du prix du petrole sauf crise au Moyen Orient ou autre evenement "ennuyeux"/perturbateur.Facile de faire remonter le cours de 30 a 45€/bl...plus difficile plus haut quand des installations peuvent etre facilement remise en route et que les operateurs sont financierement aux abois...