Russie : des milliers de personnes ont rendu hommage à Boris Nemtsov

le
1
Russie : des milliers de personnes ont rendu hommage à Boris Nemtsov
Russie : des milliers de personnes ont rendu hommage à Boris Nemtsov

Les obsèques de l'opposant russe Boris Nemtsov, assassiné vendredi dernier, ont lieu ce mardi à Moscou. Il a été enterré en fin d'après-midi au cimetière moscovite de Troïekourovskoïe, après un office orthodoxe. Une cérémonie d'adieu avait débuté à 8 heures, heure française, au Centre Sakharov.

Le choix de ce centre est symbolique. Il abrite un musée consacré aux droits de l'homme et à l'académicien dissident soviétique Andreï Sakharov. La dépouille de Boris Nemtsov y est exposée jusqu'à midi, heure française, ce mardi.

Comme le veut la tradition orthodoxe, la mère et les enfants de l'opposant sont assis devant le cercueil ouvert, au côté des enfants de Boris Nemtsov. Plusieurs personnalités comme l'ancien Premier ministre, Mikhaïl Kassianov, l'ancien Premier ministre britannique John Major ou l'ambassadeur des Etats-Unis, John Tefft, sont venues s'incliner et déposer des fleurs. Ce dernier a présenté «les profondes condoléances du président et du peuple américain pour la mort de ce grand patriote russe». La veuve de l'ancien président russe Boris Eltsine, dont Nemtsov a été vice-Premier ministre, est également présente.

VIDEO. Marée humaine pour les obsèques de Boris Nemtsov

Une couronne a été envoyée par le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, et plusieurs membres du gouvernement sont venus rendre hommage à Boris Nemtsov, notamment les vice-Premiers ministre Arkadi Dvorkovitch et Sergueï Prikhodko.

«J'ai honte de mon pays»

Plusieurs milliers d'anonymes se sont aussi rassemblées à l'entrée du Centre Sakharov. «C'était quelqu'un dont je me sentais proche. Je voulais lui dire adieu. C'était un homme qui avait des principes, un homme charismatique. Peu m'importe qui l'a tué, c'est une perte irréparable», lance Maria Koniakova, une psychologue. «Je suis venu parce que j'ai honte de mon pays, de mes concitoyens, du fait que nous n'avons pas pu empêcher une chose pareille. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 le mardi 3 mar 2015 à 14:00

    je pense qu'il est mort de la pollution sonore (10.000 morts par an en europe, disent-ils!)