Russie : des militants de Greenpeace bientôt inculpés pour «crimes graves»

le
0
Russie : des militants de Greenpeace bientôt inculpés pour «crimes graves»
Russie : des militants de Greenpeace bientôt inculpés pour «crimes graves»

Alors que la protestation se poursuit en Europe contre la détention des militants de Greenpeace en Russie, de nouvelles charges devraient alourdir les accusations portées à leur encontre. Le comité d'enquête russe a annoncé mercredi préparer de nouvelles inculpations pour «crimes graves» à l'encontre de certains membres de l'équipage du navire Arctic Sunrise, à bord duquel des stupéfiants et des équipements suspects auraient été découverts.

«Il est clair que certaines personnes impliquées vont être inculpées d'autres crimes graves», a déclaré le Comité d'enquête dans un communiqué, ajoutant que les inculpations pour piraterie déjà formulées à l'encontre des 30 membres d'équipage de l'Arctic Sunrise allaient devoir être «rectifiées». «L'enquête est en train d'identifier les individus qui ont volontairement éperonné les embarcations des gardes-côtes (...), portant ainsi atteinte à la vie et à la santé de représentants de la force publique», poursuit le communiqué.

Des stupéfiants et des équipements suspects à bord

«Des produits stupéfiants (apparemment du pavot et de la morphine) ont été saisis à bord», a affirmé le Comité d'enquête, indiquant rechercher d'où venaient et à quoi était destinés ces produits. Le Comité d'enquête ajoute avoir saisi à bord divers équipements et documents : «Il est d'ores et déjà établi qu'une partie des équipements saisis relève de technologies duales (à la fois civiles et militaires, ndlr) et pouvait n'être pas utilisée seulement à des fins écologistes», déclare le porte-parole dans le communiqué.

L'Arctic Sunrise avait été arraisonné en mer de Barents (Arctique) après que des membres de l'équipage, équipés de canots pneumatiques, eurent abordé une plateforme pétrolière russe et tenté de l'escalader pour, selon eux, y implanter une banderole dénonçant les risques écologiques. Les membres de Greenpeace avaient été interceptés par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant