Russie-Au moins 20 morts dans des combats en Tchétchénie

le
3

* Des hommes ont attaqué avant un discours important de Poutine * Dix policiers et dix attaquants tués, selon les autorités * Une victime civile selon des témoins (Bilan actualisé, commentaire Poutine) GROZNY/MOSCOU, 4 décembre (Reuters) - Des hommes armés ont attaqué un poste de police et pris d'assaut un bâtiment jeudi à Grozny, capitale de la république de Tchétchénie dans le sud de la Russie, tuant dix policiers. Lors des affrontements, dix des attaquants ont également été tués. Ces combats, les plus sanglants en Tchétchénie depuis des mois, ont commencé quelques heures avant l'allocution annuelle prononcée jeudi à la mi-journée à Moscou par le président Vladimir Poutine, dans laquelle il s'est engagé à défendre la Russie contre ce qu'il a qualifié de tentatives de démembrement. Cette attaque illustre la fragilité de la situation en Tchétchénie, une quinzaine d'années après l'envoi des troupes russes pour réprimer le mouvement indépendantiste islamiste. Selon la Commission nationale du contre-terrorisme de la Fédération de Russie (NAK), qui a fourni le bilan des 20 tués, les affrontements ont également fait 28 blessés parmi les policiers. Malgré ce bilan, Vladimir Poutine a salué de "professionnelle" l'opération de sécurité menée par le président de la République de Tchétchénie, Ramzan Kadirov. Le chef du Kremlin avait auparavant estimé dans son discours annuel que la Russie était entourée d'ennemis qui cherchaient à la démembrer et à détruire son économie. "Cela ne s'est pas produit. Nous ne l'avons pas permis", a déclaré le président russe. "REPRÉSAILLES" Selon la NAK, des "terroristes" ont attaqué un poste de police à Grozny vers 01h00 du matin (mercredi 22h00 GMT) avant de faire irruption dans des locaux abritant des médias tchétchènes et une école. Les vidéos obtenues par Reuters montrent des affrontements la nuit et le matin et l'on semble voir notamment un missile tiré à l'épaule touchant le bâtiment des médias. Selon des personnes travaillant dans le bâtiment, un civil serait mort étouffé alors que le bâtiment était englouti par les flammes. Les autorités n'ont pas confirmé cette information. Sur YouTube, une vidéo suggère que les agresseurs ont pénétré dans Grozny en "représailles" à ce qui est qualifié d'oppression des femmes musulmanes en Tchétchénie. Jeudi soir, la NAK a indiqué que l'opération "anti-terroriste" était terminée et que tous les attaquants avaient été tués. Selon un journaliste de Reuters à Grozny, les forces de sécurité ont déployé des véhicules militaires dans les rues, mis en place de nombreux points de contrôles dans la ville et fermé l'un des secteurs concernés. Ramzan Kadirov maintient fermement son emprise sur une Tchétchénie revenue dans le giron de la Russie après les guerres indépendantistes de 1994-1996 puis 1999-2000, mais une insurrection islamiste s'est propagée à travers un Nord-Caucase russe à prédominance musulmane. En octobre, cinq policiers ont été tués et 12 autres blessés dans Grozny par un kamikaze qui a activé ses charges alors que les agents s'approchaient de lui pour un contrôle d'identité. (Vladimir Soldatkinet, Alexeï Anichtchouk et Gabriela Baczynska; Eric Faye et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le jeudi 4 déc 2014 à 20:14

    http://russia-insider.com/en/tv_politics_media_watch/2014/11/05/04-27-30pm/top_german_editor_cia_bribing_journalists

  • M6194462 le jeudi 4 déc 2014 à 17:25

    Ce n'est que le début

  • noterb1 le jeudi 4 déc 2014 à 16:53

    que signifie revenir "dans le giron de la Russie" pour une république faisant partie de la fédération de Russie ? je crains que quelques cours d'histoire et géographie ait été manqués par l'auteur .