Russell Investments anticipe une croissance inférieure à 5% des marchés actions en 2016

le
0

(AOF) - Les investisseurs sont prévenus : les rendements de leurs placements 2016 risquent de rester faibles. La dernière mise en garde à ce sujet émane d'Alain Zeitouni, directeur des gestions de Russell Investments.

"Le contexte de faible rendement est donc appelé à s'imposer en 2016. Il est possible que les marchés créent la surprise en affichant des rendements élevés, mais ce ne serait qu'une embellie temporaire à ce stade avancé du cycle. Deux facteurs de réussite joueront dans un tel contexte : l'accès à un vaste éventail de possibilités de placements et la rigueur du processus d'investissement qui assurera la répartition active des actifs", écrit-il dans ses "Perspectives mondiales pour 2016".

D'après lui, les indices actions mondiaux devraient certes progresser cette année mais de moins de 5%. Cette dynamique sera soutenue par la performances des marchés européens - Russel Investments surpondère ces titres - et japonais - "tant qu'il sera soutenu par une croissance satisfaisante des profits des entreprises, un contexte politique favorable, la baisse des prix du pétrole et du gaz, ainsi que par un yen déprécié".

En revanche, les stratégistes de Russell Investments estiment que la croissance des actions américaines sera moindre mais donne tout de même une fourchette de 0 à 5% de hausse pour 2016. Ils maintiennent une souspondération des actions américaines et préviennent que "la volatilité des actions et des taux américains devrait rester quelque peu élevée jusqu'en mars, le temps qu'une partie du voile soit levée sur le rythme du resserrement monétaire de la Fed."

Les performances attendues des marchés actions sont étroitement liées aux perspectives conjoncturelles des principales zones économiques. "La croissance américaine devrait encore rester historiquement soutenue en 2016 avec, en moyenne sur l'ensemble de l'exercice, des créations d'emplois non agricoles de 190 000 postes par mois et une progression mensuelle du salaire horaire moyen de 2,5% susceptibles de relancer l'inflation. En zone euro, les perspectives conjoncturelles sont favorables avec un PIB qui devrait progresser au même rythme qu'en 2015, une croissance robuste des bénéfices des sociétés comprise entre 4% et 8%, et des mesures de relance budgétaire et monétaire. En région Asie-Pacifique, la reprise attendue au Japon n'est toujours pas confirmée par les chiffres. Il en est d'ailleurs de même pour la récession redoutée en Chine et en Australie", détaille Alain Zeitouni.

Au niveau mondial, Russell Investments table sur une croissance du PIB de la zone euro comprise entre 1,5 et 2% et du PIB américain dans une fourchette 2-2,5% en 2016.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant