Rusal n'est pas le bienvenu en Guinée

le
0

Commodesk - La Confédération nationale des travailleurs de Guinée (CNTG) a demandé au gouvernement guinéen l'annulation des concessions accordées au russe Rusal dans le pays. Cette demande est appuyée par les représentants du patronat, selon Guinée News.

En Guinée, Rusal opère la mine de Kindia, qui lui procure 40% de sa production totale de bauxite, ainsi que le complexe de Friguia, qui comprend une mine de bauxite, une raffinerie d'aluminium et des infrastructures ferroviaires.

Les organisations syndicales reprochent à Rusal de ne pas honorer ses obligations sociales, étant donné « l'extrême pauvreté qui sévit au sein du personnel de l'entreprise ». Elles dénoncent notamment le manque d'eau et d'électricité dans les logements des ouvriers, alors que la compagnie s'était engagée à installer ces infrastructures lorsqu'elle s'est implantée dans le pays.

La CNTG conteste par ailleurs la légalité de l'obtention des concessions accordées à Rusal, notamment concernant deux zones de prospection.

Les activités sur la raffinerie de Friguia sont fortement perturbées depuis avril dernier par une grève. Afin de compenser le manque à gagner pour les travailleurs, qui réclament des revalorisations salariales, le gouvernement leur a versé quatre milliards de francs guinéens (434.000 euros) au titre d'arriérés de salaire.

De son côté, Rusal estime que le site de Friguia est l'un des moins rentables du groupe et a plusieurs fois menacé de le fermer. La compagnie conditionne la reprise des opérations à Friguia à l'obtention de la concession de Dian-Dian, un autre gisement de bauxite du pays.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant