Rupture scolaire : le théâtre comme planche de salut

le , mis à jour à 10:21
0
Rupture scolaire : le théâtre comme planche de salut
Rupture scolaire : le théâtre comme planche de salut

Mais où est Mercutio ? L'ambiance était guillerette, jeudi soir derrière les volets jaunes du Théâtre de l'Aquarium, à la Cartoucherie de Vincennes. Montés à Paris pour la première tournée de leur vie, les jeunes comédiens du spectacle « Roméo M Juliette » jouent aujourd'hui et demain dans cette salle de 300 places, avant deux nouvelles représentations, les 29 et 30 octobre prochains, devant les 1 000 sièges de la maison de la culture de Nevers (Nièvre).

 

Le projet. Au total, une centaine de jeunes de 14 à 20 ans ont mis leur patte à ce projet, pendant un an, tous les mercredis et pendant les vacances. Des jeunes en délicatesse avec la justice, suivis par la protection judiciaire de la jeunesse ou pensionnaires de centres éducatifs fermés, se sont chargés de créer costumes et décors. Les 27 comédiens du spectacle viennent des banlieues de Nevers, et d'un foyer pour enfants près d'Auxerre (Yonne).

 

Le metteur en scène. A l'initiative de l'aventure, le metteur en scène Serge Sandor n'en est pas à son coup d'essai : il a fait son métier de travailler avec des publics éloignés du monde de la culture, en prison, dans des hôpitaux psychiatriques, ou des bidonvilles en Amérique latine. Il y a deux ans, il a déjà adapté une pièce de Marivaux avec des jeunes issus de foyers et d'instituts de Bourgogne, « la Dispute.com ». Le point commun de sa troupe du moment ? « C'est une jeunesse abandonnée, qui mérite mieux que le désert culturel dans lequel on la laisse », glisse-t-il.

 

Le résultat. Tous les jeunes participants ne deviendront pas comédiens, mais « certains approfondiront, ou garderont le théâtre comme passion », relève Serge Sandor. Un pas déjà grand pour des ados qui, comme Chemiti, voyaient le théâtre comme « un truc ringard et ennuyeux ». Au-delà du bénéfice culturel, les jeunes « ont gagné pas mal d'assurance, relève Rachid, l'un des animateurs du projet. Cela leur servira ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant