Rupert Murdoch bat en retraite

le
0
Mis en cause dans le scandale des écoutes, le magnat de la presse est cloué au pilori par l'ensemble du Parlement.

À Londres

Rupert Murdoch se résigne à ne pas acquérir la totalité du bouquet satellite BSkyB. Un retrait salué par toute la classe politique qui n'aura jamais autant parlé à l'unisson. À gauche, à droite, comme au centre, tous les députés savourent leur victoire sur le magnat de la presse australien. «Nous étions convaincus qu'une offre de News Corporation sur BSkyB aurait été profitable aux deux entreprises, mais il est désormais évident que le climat actuel rend l'opération trop difficile» a annoncé mercredi le groupe News Corp. Ce climat hostile, ce sont les trois principaux partis qui se sont mis d'accord pour l'instaurer, lors d'une réunion mardi soir entre le premier ministre conservateur David Cameron, son vice-premier ministre LibDem Nick Clegg et leur opposant travailliste Ed Miliband. Une réunion provoquée par le chef du Labour, fervent opposant au rachat, pour deux principales raisons: un risque de trop forte concentration, d'abord, puisque Murdoch dé...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant