Rugby, XV de France : un nouveau casse-tête pour Novès

le , mis à jour à 09:44
0
Rugby, XV de France : un nouveau casse-tête pour Novès
Rugby, XV de France : un nouveau casse-tête pour Novès

Doussain ou Plisson ? Le ténébreux ou le beau gosse ? Le teigneux ou l'incompris ? Schématiquement on pourrait ajouter : le défenseur ou l'attaquant ? Tel est le dilemme du sélectionneur Guy Novès, au moment de choisir son ouvreur titulaire pour le deuxième match de la tournée d'automne contre l'Australie, samedi au Stade de France.

 

Le forfait de Trinh-Duc, opéré hier d'une fracture de l'avant-bras droit contractée samedi à Toulouse lors du large succès des Bleus devant les Samoa (52-8), ne laisse pas beaucoup de choix au staff tricolore. Le Toulousain et le Parisien sont les deux seuls n° 10 au sein de la liste des 30 internationaux protégés. Les deux seuls, aussi, à avoir travaillé les systèmes et les combinaisons des Bleus depuis un an. Deux jeunes joueurs (25 ans et 13 sélections chacun) aux profils différents, presque opposés.

 

Doussain, l'acharné

 

« On a vu que quand François Trinh-Duc est sorti, le jeu de l'équipe n'en a pas été affecté. Jean-Marc a parfaitement assuré la continuité. C'est rassurant. » Les mots de Guy Novès samedi soir après le match ne sont pas innocents. Le sélectionneur a apprécié la performance de Doussain. Il l'estime à la hauteur du rugby offensif prôné. C'était peut-être la seule inquiétude car en défense le Toulousain a fait ses preuves depuis longtemps. « C'est un véritable mur, estime Thomas Lombard, l'ancien trois-quarts international, consultant pour Canal + et RMC. C'est important car les Australiens attaquent beaucoup la zone autour du 10. »

 

Un point fort au milieu de points d'interrogation. Car le parcours de Jean-Marc Doussain avec les Bleus est particulièrement sinueux. Appelé au dernier moment par Marc Lièvremont, il traverse la planète pour disputer quatre minutes de la finale du Mondial 2011 en Nouvelle-Zélande perdue contre les All Blacks (8-7). Ensuite, Philippe Saint-André l'a propulsé puis rejeté. Tout cela au poste de demi de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant