RUGBY. XV de France: l'affront fait à Machenaud et Parra

le
0
RUGBY. XV de France: l'affront fait à Machenaud et Parra
RUGBY. XV de France: l'affront fait à Machenaud et Parra

« C'est une façon de leur dire qu'à leur poste il y a aussi d'autres joueurs. » C'est donc ainsi que Philippe Saint-André a précisé hier comment Maxime Machenaud et Morgan Parra devaient interpréter leur absence du groupe de trente joueurs retenus pour le prochain stage préparatoire (du 28 septembre au 1er octobre) à la tournée de novembre. « Kockott et Tillous-Borde méritent leur chance », poursuit le sélectionneur.

A moins d'un an de la Coupe du monde, le XV de France se prive donc soudainement des deux demis de mêlée qui l'accompagnaient, à tour de rôle ou ensemble, depuis deux ans et demi. Et dire que Saint-André soulignait il y a déjà plus d'un an l'importance de travailler avec un groupe resserré et constant en vue du rendez-vous de 2015.

« On a besoin de résultats, se justifie Saint-André. La sélection ne se fait pas sur le CV et la carte de visite, mais sur la forme du moment. J'ai dit aux joueurs que, pour certains, leurs performances en Australie m'ont déçu. On peut être talentueux mais, à haut niveau, il faut être compétiteur. »

Kockott sous surveillance

« Saint-André prend beaucoup de risques avec cette liste ! » décrypte un acteur du rugby français. « Un : les clubs qui ont des joueurs protégés (NDLR : dont le nombre de matchs est limité à trente cette saison) non retenus risquent de lui tomber dessus. Deux : il change tout à un an du Mondial. Trois : Kockott est quand même vraiment un caractère particulier... »

Le Castrais est évidemment celui dont la présence fera le plus parler. « C'est un grand moment de fierté », a déclaré à l'AFP le Sud-Africain de 28 ans, éligible en bleu depuis juillet. « Il faut quand même savoir qu'à Castres il n'est pas aimé », souligne un agent français. « C'est pour ça que ce stage va être important, répond Saint-André. On va regarder comment il évolue dans ce groupe, sur et en dehors du terrain. On verra si on continue ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant