Rugby : Virimi Vakatawa, des îles aux ailes

le , mis à jour à 08:40
0
Rugby : Virimi Vakatawa, des îles aux ailes
Rugby : Virimi Vakatawa, des îles aux ailes

Il ne voit que du bleu. Partout. Toujours. Virimi Vakatawa, l'ailier du XV de France qui a frappé trois fois samedi dernier à Toulouse contre les Samoa (52-8), inscrivant des essais avec une facilité déconcertante, n'est pas un joueur comme les autres. Outre ses qualités de sprinteur, ses feintes et ses appuis improbables, il est aussi le seul professionnel à n'évoluer dans aucun club. A 24 ans, le Fidjien devenu Français est sous contrat avec la Fédération. Il alterne entre le rugby à XV et à VII avec lequel il a disputé les JO cet été à Rio. « Il est avec nous en priorité », insiste le sélectionneur du XV, Guy Novès. On le comprend. Avant France-Australie, ce soir, Vakatawa a déjà conquis son nouveau monde, au bout de six sélections seulement (1re contre l'Italie le 6 février dernier dans le Tournoi). Retour sur un parcours atypique, commencé de l'autre côté du globe.

 

Les Fidji, un berceau à quitter

 

Le Fidjien est né en Nouvelle-Zélande, mais il est très vite retourné dans son pays où il a découvert le ballon ovale. « A l'école, comme tout le monde, sourit-il. J'avais 9 ans. Tous les enfants jouent au rugby, garçons ou filles. Mes deux sœurs aussi. » A Naluwai, petit village d'une centaine d'âmes, le gamin grandit en passant ses soirées à courir et à jongler avec un ballon, sans jamais intégrer un club. « Au lycée, je me suis spécialisé dans le rugby à XIII, raconte-t-il. On gagnait toutes les compétitions. » L'adolescent est repéré et enrôlé à 17 ans au sein de l'équipe des Fidji des moins de 19 ans. Il est notamment élu meilleur joueur d'un tournoi aux Samoa et décroche une bourse pour aller étudier en Nouvelle-Zélande. « La Fédération fidjienne n'a pas voulu me laisser partir, ajoute-t-il. Du coup, je suis resté mais c'était un peu à contrecœur. C'est à ce moment-là, en 2010, que j'ai reçu un coup de fil qui a changé ma vie. »

 

Les débuts difficiles au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant