Rugby - VI Nations : comment se sortir de l'enfer de Cardiff

le
0
Rugby - VI Nations : comment se sortir de l'enfer de Cardiff
Rugby - VI Nations : comment se sortir de l'enfer de Cardiff

Le silence total, presque absolu, à peine perturbé par le ronronnement de la soufflerie sous le toit fermé. Difficile de faire impression plus trompeuse que l'atmosphère paisible qui entourait les Bleus, jeudi soir, à l'heure de fouler la pelouse du Principality Stadium pour l'entraînement du capitaine. Car si, sponsoring et gros sous obligent, les dirigeants gallois ont rebaptisé leur Millennium, ils ne risquent pas d'avoir dénaturé son ambiance de feu. Et c'est bien là l'enjeu de ce premier rendez-vous en terre hostile du XV de France de Guy Novès.

Emportés par une terrible vague rouge il y a deux ans, les Bleus ont fait depuis de Cardiff le cimetière de leurs ambitions lors de la dernière Coupe du monde. Loin, bien loin de leur exploit de 2007, quand ils avaient surpris les All Blacks, les Français ont vécu le pire, d'abord face aux Irlandais (24-9), puis évidemment face aux Néo-Zélandais (62-13). Au final, il reste ce matin, du Millennium, cette dernière image terrible de l'interview d'après-match de Philippe Saint-André, rendue inaudible par la bronca accompagnant son apparition sur l'écran géant.

Il appartient donc à la jeune troupe tricolore, conduite par l'alléchante charnière Machenaud-Plisson, d'écrire une nouvelle page de l'histoire du XV de France. « Le contexte à Cardiff est chaud bouillant, admet Jules Plisson, l'un des six parisiens titulaires ce soir. Mais nous n'avons pas dû en parler plus de deux minutes cette semaine. On veut se focaliser sur le jeu et pas sur ce qui se passe autour. »

 

>> L'INTERVIEW. Papé : «Nous jeter à fond dans la bataille»

>> LE PORTRAIT. Le second souffle de North

L'ouvreur parisien a pourtant un souvenir bien précis des minutes précédant le coup d'envoi. Il y a deux ans, avant d'être pris pour cible par les Gallois, il avait assisté, incrédule, au spectacle d'avant-match. « Ils nous avaient fait entrer dans le noir, se souvient-il. Eux étaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant