Rugby : un novice aux commandes du Racing

le
0
Rugby : un novice aux commandes du Racing
Rugby : un novice aux commandes du Racing

Un samedi soir d'hiver à Colombes (Hauts-de-Seine), en pleines vacances de février, la veille de France - Ecosse à Saint-Denis... Pour la venue de la lanterne rouge du Top 14, Bayonne, en match en retard de la 16e journée, le Racing 92 ne s'attendait pas à jouer à guichets fermés dans le vieux stade Yves-du-Manoir. Mais au moins pensait-il expédier les affaires courantes comme une simple formalité et, malgré son parcours poussif, recoller au wagon des six qualifiés pour la phase finale.

Ce sera peut-être un peu plus compliqué que prévu car les Ciel et Blanc, plombés par les blessures, vont s'en remettre à un tout nouveau chef d'orchestre, inconnu ou presque et totalement inexpérimenté. Au côté de James Hart, le troisième demi de mêlée dans la hiérarchie, aligné en l'absence de Maxime Machenaud, retenu chez les Bleus, et Xavier Chauveau (opéré d'une épaule), le no 10 sera porté par Franck Pourteau. Le jeune espoir de 20 ans fera ses grands débuts chez les pros en raison des forfaits de Dan Carter et Rémi Tales, touchés aux adducteurs, et de Benjamin Dambielle, pas encore remis de son KO à Lyon. Il n'avait jusque-là disputé que dix-huit minutes en Coupe d'Europe au Munster, dans une rencontre sans enjeu puisque son club était déjà éliminé.

 

Venu pour apprendre auprès de Dan Carter

Arrivé l'été dernier de Toulouse, Franck Pourteau, beau bébé (1,80 m ; 87 kg) passé par le pôle France, a été tenté par l'aventure francilienne, et surtout l'opportunité de côtoyer Dan Carter. «Rien qu'en le voyant s'entraîner, j'apprends, disait-il au bout de quelques semaines chez les champions de France. Je parle aussi beaucoup avec les autres ouvreurs. J'ai besoin de trouver des repères car je n'ai pas beaucoup joué à ce poste. A Toulouse, j'évoluais au centre ou à l'arrière.» C'est donc un apprentissage en accéléré qu'il va connaître dans un match à haute tension. «Franck a des qualités techniques ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant