Rugby: un dernier combat de taille pour les Bleus

le
0
UN COMBAT DE TAILLE ATTEND LES BLEUS
UN COMBAT DE TAILLE ATTEND LES BLEUS

par Cécile Grès

MARCOUSSIS, Essonne (Reuters) - Les Bleus jouent ce samedi au Stade de France leur dernier test-match d'automne et leur ultime match de l'année face à l'Afrique du Sud, contre qui un succès est de l'avis de tous nécessaire, voire indispensable.

"Il faut valider les progrès de l'équipe en comptant une deuxième victoire d'affilée", résume le talonneur clermontois Benjamin Kayser.

Après la défaite concédée il y a quinze jours face aux All Blacks (26-19), le XV de France l'a emporté contre les Tonga (38-18) et ne compte à l'heure actuelle que deux victoires sur ses dix matches disputés en 2013.

"Face à l'Afrique du Sud, la victoire suffit, la manière à la limite on s'en fout, si on gagne 9-6, ça nous ira très bien", explique Benjamin Kayser.

Pourtant, selon le sélectionneur Philippe Saint-André, l'emporter sans manière face aux Springboks est impossible.

"C'est la deuxième meilleure nation du monde, pour gagner, il faut livrer un énorme combat, surtout quand on connaît l'intensité qu'ils mettent dans leurs un-contre-un. Il faudra donc faire un match de très haut niveau si on veut l'emporter", a-t-il souligné.

Mis au fait de l'analyse de son coach, Benjamin Kayser a détaillé sa vision des choses.

"Ce que je veux dire, c'est que si on fait un gros match, qu'on a dix occasions mais qu'on en met qu'une, ça suffira. On joue ce qui se fait de mieux après les Blacks, il faut rester humble."

Surtout que les Sud-Africains restent invaincus face à une équipe de l'hémisphère Nord depuis le 20 novembre 2010 et une victoire de l'Ecosse à Murrayfield (21-17). Cette année, les Springboks ne comptent que deux revers en onze matches, à chaque fois face à la Nouvelle-Zélande.

"VITE ET FORT"

Très physiques, les Sud-Africains sont réputés pour leur goût du combat et leurs morphologies impressionnantes : rien que sur le pack d'avants, 62 kilos séparent la mêlée française de celle de ses adversaires.

"Ça n'empêche qu'il faudra aller les chercher aux plaquages, les prendre au pied, ne pas les lâcher, livrer une vraie bagarre", estime Kayser.

Le talonneur, titulaire il y a quinze jours face aux Blacks, le sera de nouveau samedi soir.

"La différence de niveau avec les Néo-Zélandais est minime. Il y a peut-être juste un peu moins d'incertitudes, dans le sens où les Blacks sont pleins de surprise alors que les Sud-Africains ont un jeu un peu moins imprévisible", dit-il.

L'autre différence, c'est que sur les quatre derniers affrontements entre les deux équipes, les Bleus l'ont emporté à trois reprises, la dernière victoire remontant au 13 novembre 2009 (20-13).

"Ils ont une petite crainte quand ils jouent face à nous, je le sais", reconnaît Frédéric Michalak.

L'ouvreur polyvalent connaît bien l'Afrique du Sud pour avoir joué chez les Sharks de Durban pendant deux saisons.

Désormais à Toulon, il côtoie les Boks Bakkies Botha, Brian Habana, Michael Claassens, Craig Burden ou encore Danie Rossouw.

"C'est un rugby rugueux, les trois quarts sont très puissants et rapides, les avants sont costauds et percutants, ça va vite et fort, il faudra savoir le gérer", prévient-il.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant