RUGBY - Trinh-Duc : «Je n'ai pas été épargné»

le
0
RUGBY - Trinh-Duc : «Je n'ai pas été épargné»
RUGBY - Trinh-Duc : «Je n'ai pas été épargné»

Non retenu par le sélectionneur Philippe Saint-André pour la Tournée de l'équipe de France en Nouvelle-Zélande au mois de juin, l'ouvreur de Montpellier François Trinh-Duc nous a confié sa déception. « Je me sentais prêt physiquement et mentalement à faire partie de cette tournée, dit-il. J'essaie de relativiser, de prendre en compte les raisons données par le staff. Cela va me permettre de couper, de rester en famille.»

Lorsque Patrice Lagisquet, l'adjoint de Saint-André, l'a appelé mardi, vers 16 heures, il lui a donné les mêmes raisons que celles exposées publiquement : le faire souffler et voir d'autres joueurs à son poste. Un faux-prétexte pour l'écarter définitivement des Bleus ? « Je suis un des seuls mis au repos, constate simplement Trinh-Duc, 26 ans. Mais je respecte le choix qui a été fait. Cela va me servir pour rebondir. »

«Ce n'est pas une grande histoire d'amour»

Les arrivées en Bleu de Camille Lopez et Rémi Talès ne font pas ses affaires. Sans parler de la main-mise de Frédéric Michalak sur le poste.«En étant absent en Nouvelle-Zélande, c'est vrai que je peux vite perdre des points», souffle-t-il.

Pour le numéro 10 aux 48 sélections, voilà en tous cas une nouvel épisode malheureux dans sa relation avec l'équipe de France. « Ce n'est pas une grande histoire d'amour, sourit-il. Il y a des hauts et des bas... J'ai peu été épargné. Cela fait partie du jeu, ça vient du poste. » Et de lui ? « Sûrement. Mais je me remets très souvent en question. Après chaque match, chaque désillusion. »

En tous cas, Trinh-Duc ne reverra pas la Nouvelle-Zélande où il avait connu une Coupe du monde 2011 agitée sous l'ère Lièvremont. «Tout le monde retient que j'ai eu une Coupe du monde difficile. Ça a été dur et long mais je retiens les bons moments passés avec les joueurs.» Place pour lui aux vacances, en famille, avant de revenir «en pleine forme» car il l'assure :...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant