Rugby, Tournoi des Six Nations : victorieux en Italie, les Bleus respirent mieux (0-29)

le
0
Rugby, Tournoi des Six Nations : victorieux en Italie, les Bleus respirent mieux (0-29)
Rugby, Tournoi des Six Nations : victorieux en Italie, les Bleus respirent mieux (0-29)

Ouf ! L'équipe de France a remporté son deuxième match du Tournoi des Six Nations en dominant pour la première fois à Rome depuis 2009 une bien triste équipe d'Italie (0-29). Ce large succès, après les deux revers face aux Irlandais (18-11) et aux Gallois (20-13), permet aux Bleus d'envisager une fin de Tournoi et un déplacement en Angleterre, samedi, avec un peu plus d'optimisme. Pour autant, il ne s'agit pas de se réjouir trop vite. A six mois de la Coupe du monde, ce match fut en effet d'une médiocrité technique affligeante.

La grande émotion de l'après-midi est venue de l'avant-match avec l'hommage rendu aux sportifs français disparus lors de l'accident sur le tournage de Dropped en Argentine. Pour saluer la mémoire de Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine, dont les portraits ont été projetés sur les écrans géants du stade, les Italiens avaient envoyé sur la pelouse trois sportifs, une nageuse, un navigateur et un boxeur.

Sous une pluie battante au coup d'envoi et tombant ensuite par intermittence, accompagnée d'un vent violent, les acteurs du match ont longtemps peiné à enchaîner les mouvements sans faute de main.

Deux essais tricolores

Les Italiens, terriblement inefficaces, manquaient les premières occasions de prendre l'avantage. Allan, le demi d'ouverture de Perpignan (Pro D2), qui avait remplacé à la dernière minute Haimona blessé, loupait la première pénalité du match (9e). Cinq minutes plus tard, blessé à son tour, il devait même céder sa place à Orquera. Celui-ci manquait une pénalité à son tour (15e). Et alors qu'ils auraient pu profiter d'un énième ballon perdu des Français pour filer marquer un essai, les Italiens géraient mal leur surnombre (26e).

Les Bleus, qui ne s'étaient quasiment jamais portés dans le camp adverse, profitaient de leurs pénalités pour prendre le large : Lopez (29e, 35e), Spedding (40e+1). Fraîchement entré en jeu à la place de Lopez touché à la jambe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant