Rugby - Tournoi des 6 nations : impossible n'est pas français !

le
0
À l'image de Huget, ici sur un de ses deux essais, les Bleus sont venus à bout des Anglais (26-24).
À l'image de Huget, ici sur un de ses deux essais, les Bleus sont venus à bout des Anglais (26-24).

Soixante-dix-septième minute, à trois minutes d'un échec qui tend les bras aux Français, Dimitri Szarzewski dans la ligne des trois-quarts s'échappe et allonge vers Fickou. Le jeune Toulousain feinte sur Médard et conclut comme un seul homme. À 19 ans, le trois-quarts centre, pour sa troisième titularisation avec le maillot bleu, libère les siens et fait vibrer le stade de France. Machenaud achève le travail et réussit la transformation qui suit (26-24, 77e). Pour la première fois sous l'ère Philippe Saint-André, les Bleus s'imposent face à l'Angleterre (26-24). Un dénouement inattendu dans un match qui, après vingt minutes de domination française, tournait à la bérézina pour les Bleus. "Impossible n'est pas français" ne pouvait même plus être chanté dans les travées du stade de France... Mais les joueurs, eux, y ont cru, jusqu'au bout, bénéficiant du coaching payant du sélectionneur, qui a lancé Machenaud (auteur également d'une pénalité, 57e) et l'étoile Fickou (entré à la 75e à la place de Bastareaud). La victoire a cette capacité unique de permettre d'oublier beaucoup, à la même vitesse que l'essai de Fickou : une deuxième mi-temps difficile, une année 2013 catastrophique, la pire depuis 1980) et un contexte peu reluisant pour le rugby tricolore (affaire de la billetterie à la FFR ou encore le manque de jeunes joueurs français dans le top 14). Huget, le doublé d'entrée ! Dès le coup d'envoi pourtant, les Bleus se sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant