Rugby: Toulouse surnage face à Leicester en Coupe d'Europe

le
0

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - Le Stade Toulousain a parfaitement négocié son entrée dans le grand bain de la Coupe d'Europe de rugby dimanche en douchant les Tigres de Leicester (23-9) à l'issue d'un match pluvieux que Gaël Fickou a éclaboussé de son talent.

Pour ce choc entre deux anciens vainqueurs de la compétition, le trois-quarts centre de seulement 18 ans a inscrit le seul essai de la rencontre grâce à un exploit personnel au Stadium de Toulouse, signant une première fracassante sur la scène européenne.

Cette victoire contre un adversaire direct pour la tête de la poule 2 permet aux Toulousains de pointer à la deuxième place du groupe avant d'aller affronter les Italiens de Trévise sur leur terre le week-end prochain.

Sous une pluie fine, les joueurs de Leicester se montraient accrocheurs et opportunistes dès les premières minutes, manquant d'inscrire un essai en coin par Toby Flood (8e). Mais Yohann Huget se sacrifiait pour envoyer l'ouvreur du XV d'Angleterre en touche.

La première période se résuma longtemps à un défi physique ponctué de pénalités signées des buteurs toulousain Luke McAlister et anglais Toby Flood (6-6 à la 30e).

Peut-être perturbés par les conditions atmosphériques, les locaux se signalaient par leur maladresse, comme ce coup de pied par-dessus de McAlister qui filait en ballon mort.

Leicester faisait mine de vouloir jouer vite le renvoi mais le pilier Rouge et Noir Güthro Steenkamp, en traînant dans son replacement, faisait trébucher le porteur du ballon, ce qui lui valait un carton jaune (28e).

En infériorité numérique, les Toulousains n'allaient pas plier, bien au contraire: malgré une nouvelle pénalité de Flood (35e), le Stade prenait le commandement au score sur une action de classe de Gaël Fickou.

Le jeune joueur, dans tous les bons coups sur la pelouse du Stadium, récupérait un ballon cafouillé, tapait à suivre pour lui-même et filait aplatir au bout d'une course de folie (11-9, 37e).

GAËL FICKOU, LE DÉTONATEUR

"Je me suis dit un quart de seconde qu'il n'y avait pas l'arrière, j'ai tapé le coup de pied et j'ai pu aplatir, voilà", résumait en toute décontraction le héros du jour.

Pour Guy Novès, manager du Stade Toulousain, cet exploit a permis de décanter la rencontre.

"On sentait que le moindre détail allait coûter cher à l'une ou à l'autre (des deux équipes), et je crois que le détail nous a souri: ce ballon poussé, récupéré par Gaël qui marque, entrouvre la suite de la partie", a souligné le technicien après le coup de sifflet final.

Véritable "tournant du match" selon Toby Flood, l'essai de Fickou assommait les Anglais, incapables de marquer le moindre point en deuxième période.

Au retour des vestiaires, la botte de Luke McAlister se chargeait de concrétiser à quatre reprises l'ascendant progressif pris par les Toulousains, en mêlée comme dans le jeu (47e, 54e, 57e, 61e, 23-9).

Et le sang neuf apporté par le staff permettait aux Toulousains de gérer sereinement leur avantage en campant dans les 22 mètres adverses. Yohann Huget aurait même pu alourdir la marque sans un retour in extremis de la défense de Leicester.

"UN MATCH PLEIN"

"On a petit à petit construit le score. Petit à petit, le coaching aussi a, encore une fois, apporté un plus", a souligné Guy Novès.

"On a repris l'ascendant dans le secteur de la mêlée où on avait été en difficulté en début de partie. Des occasions se sont présentées, ça ne nous a pas souri parce que je crois qu'on aurait pu marquer un ou deux essais supplémentaires, mais globalement, c'est un match plein."

En maintenant les Anglais à distance, Toulouse avait également la satisfaction de priver Leicester du point de bonus défensif.

"C'est une très bonne opération. C'est ce qu'on voulait, avec le staff. Dans les cinq-dix dernières minutes, il ne fallait surtout pas prendre d'essai, donc c'est réussi", s'est réjoui après la rencontre l'ailier Yohann Huget, qui a également salué la performance de Gaël Fickou.

"Il est sur la continuité de ce qu'il fait depuis le début de la saison. C'est un garçon sérieux, appliqué, intelligent et on a pu le voir aujourd'hui", a dit l'ancien Bayonnais.

Malgré l'ovation du Stadium lors de l'annonce de sa nomination comme homme du match, le jeune centre, lui, refusait de s'emballer.

"Je suis l'homme du match mais c'est grâce à mes coéquipiers qui ont fait une partie exemplaire. Si aujourd'hui j'ai brillé, c'est grâce à eux et je les remercie très fort", a-t-il fait valoir.

D'ailleurs, Guy Novès se chargeait de remettre les choses à leur place.

"Il a fait le job comme les autres, il a marqué un essai donc tout le monde va en parler", a relevé le manager toulousain.

"(Mais) quand un joueur ressort, c'est qu'à côté il y a des joueurs qui font vraiment leur job. Bravo à Gaël pour ce premier match de Coupe d'Europe, mais on va rester la tête sur les épaules et on va continuer à bosser."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Jean Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant