Rugby : Toulon, l'Europe vue d'en bas

le , mis à jour à 11:25
0
Rugby : Toulon, l'Europe vue d'en bas
Rugby : Toulon, l'Europe vue d'en bas

Comme l'automne dernier, et celui d'avant, et encore celui d'avant, il y aura bien un champion d'Europe sur la pelouse de Mayol pour le lancement des joutes continentales. Mais, cette année, il n'est pas toulonnais. Sacré en 2013, 2014 et 2015, le RCT accueille cet après-midi son successeur, le club anglais des Saracens. « Il n'y a pas besoin de les présenter, glisse l'ouvreur Pierre Bernard. Il y a les deux tiers de l'équipe d'Angleterre dans leur composition actuelle. » « Ça va être un match très, très compliqué à gérer, complète le demi de mêlée Eric Escande. Ils ont le statut de favori, à nous de jouer décomplexés. »

 

Escande l'a dit naturellement, mais, à Toulon, la phrase sonne bizarrement. Il y a quelques mois encore, c'est la formation varoise qui était l'ogre de l'Europe, ce favori que tout le monde voulait (a)battre sur sa route vers un quatrième titre consécutif. L'incroyable cycle a pris fin à Colombes en avril en quart de finale, et le RCT aborde aujourd'hui la compétition de l'autre côté, celui des outsiders. Le chassé est redevenu chasseur, et découvre de nouvelles sensations. « A leur place, je ne dormirais déjà plus cinq jours avant le match, lâche avec appétit le manageur, Diego Dominguez. Il n'y a pas mieux que de tomber d'entrée contre le champion à la maison. Quand tu as gagné quelque chose et que tu le perds, tu as envie de le reconquérir ! »

 

Revanchards, les Toulonnais ? « Ils ont récupéré la coupe, mais on ne l'a pas perdue face à eux, donc il n'y aura pas vraiment de revanche, tempère le 3e ligne Charles Ollivon. Ça reste un gros défi qui nous attend. »

 

Au moment d'entamer la Champions Cup l'an passé s'était posée la question d'une éventuelle lassitude, d'une perte d'envie. Cette saison, les choses sont claires. « Il y a beaucoup plus de monde aux entraînements, sourit le talonneur Guilhem Guirado, tout le monde est motivé. On sent plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant