Rugby. Toulon-Grenoble : Ford prend les clés du camion

le , mis à jour à 09:09
0
Rugby. Toulon-Grenoble : Ford prend les clés du camion
Rugby. Toulon-Grenoble : Ford prend les clés du camion

Puisque au RCT « tout est différent », c'est sur une dernière victoire que Diego Dominguez, lundi, a plié bagage. Cinq jours plus tard, voilà donc Mike Ford, bref adjoint, promu numéro 1, et s'apprêtant à diriger contre Grenoble son premier match à Mayol. Désormais aux manettes, l'Anglais a pour mission de sortir Toulon de la confusion, de ragaillardir une équipe qui tourne, ces dernières semaines, sur courant alternatif.

 

La tâche n'est pas simple, le contexte non plus. Mais depuis sa nomination, l'Anglais a dirigé les séances sans hésitation, pris le relais sans sourciller. Il assure ne pas avoir eu d'idée derrière la tête, explique que son rôle « était seulement d'aider Diego sur l'attaque, la défense et les plans de jeu ». On n'est pas obligés de le croire. Sa promotion, en tout cas, n'a pas semblé perturber le groupe : après avoir appris lundi l'éviction de Dominguez, les joueurs se sont entraînés dans la bonne humeur, se livrant même à une séance de dédicaces.

 

Un rugby offensif et de mouvement

 

Si, officiellement, il n'y a jamais eu de mésentente entre l'Argentin et son équipe, Ford a de son côté su se rapprocher des Anglo-Saxons et s'est vite intégré. Il s'est surtout fait apprécier par le président Boudjellal, qui entretenait d'orageuses relations avec Dominguez. A ce sujet, on dit l'Anglais plus lisse, plus rond, que son prédécesseur. Jeudi, lors de sa conférence de presse, il n'a eu de cesse de rappeler, implicitement, qu'à Toulon le patron n'est pas le manageur.

 

Ça n'empêche pas Ford d'avoir des convictions, des principes de jeu. L'ancien treiziste, passé par le staff de la sélection anglaise, prône un rugby offensif, un rugby de mouvement. Sous ses ordres, Bath était venu mettre 30 points à Montpellier et 35 à Toulouse lors de la Coupe d'Europe 2014-2015. « La chose la plus difficile dans le rugby, c'est d'attaquer », explique-t-il. Ça tombe bien, c'est ce que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant