Rugby, Top 14 : vainqueur de Toulon, le Stade Français prend les commandes

le
0
Rugby, Top 14 : vainqueur de Toulon, le Stade Français prend les commandes
Rugby, Top 14 : vainqueur de Toulon, le Stade Français prend les commandes

Voilà le Stade Français leader du Top 14. Le feu d'artifice en toute fin de rencontre, qui lui permet de décrocher en plus un point de bonus offensif après son succès devant Toulon (30-6), n'est même pas anecdotique. Il comptera sans doute au moment de faire les comptes. Perché au milieu des fêtes, ce sommet du championnat a rempli sa mission : séduire et attirer du monde.

Et ce n'était pas couru d'avance. Entre les vacanciers partis cueillir 2015 ailleurs que dans la capitale et ceux qui reprenaient le travail lundi matin, ce match, tout de gala soit-il, imposé par la télévision à 21 heures un dimanche soir, n'était pas le mieux placé pour aimanter les foules. Et puis, il y avait le froid, venteux, glacial qui figeait déjà les spectateurs avant l'ouverture des portes.

Des Varois pris à la gorge

Résultat : près de 20 000 personnes, un stade Jean-Bouin bondé et une ambiance des grands soirs. Sortis de gorges fraîches, les décibels ont réchauffé même les oreilles les plus engourdies. Et les acteurs dans tout ça ? Choc de haut de tableau ou pas, ils avaient bien besoin de se frotter un peu, violemment en fait, les uns aux autres pour éviter la paralysie.

A ce jeu-là, les Parisiens avaient des arguments. Ils ont utilisé d'emblée toutes leurs armes. Vifs, rapides et joueurs, ils ont sauté à la face des Varois, d'abord déboussolés, comme étourdis par les incessants mouvements des soldats roses. Enervés, aussi. Les Méditerranéens se sont mis à la faute, envoyant leur talonneur Cortese et leur troisième ligne aile Bruni se rafraîchir sur le bord de la touche dix minutes, pratiquement en même temps.

C'est à ce moment-là, à la demi-heure de jeu, à quinze contre treize et alors qu'ils menaient 16-0, que les hommes de Gonzalo Quesada n'ont pas su assommer leurs adversaires, oubliant notamment des supériorités numériques à foison. Toulon a fait le dos rond puis a commencé à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant