Rugby. Top 14 : tout n'est pas rose au Stade Français

le
0
Rugby. Top 14 : tout n'est pas rose au Stade Français
Rugby. Top 14 : tout n'est pas rose au Stade Français

« Non, non, ne m’approchez pas trop, j’ai la grippe... » En quittant le stade du Saut du Loup (Paris XVIe), ce mercredi, avant l’entraînement de reprise du Stade Français, l’ailier Jérémy Sinzelle affichait effectivement une petite mine sous son bonnet. Antoine Burban et Geoffrey Doumayrou l’accompagnaient en civil. Les trois hommes devraient manquer le rendez-vous très important contre Brive ce samedi, à 15 heures, au stade Jean-Bouin.

Une mauvaise nouvelle de plus pour Gonzalo Quesada déjà un peu dépassé par les contraintes de cette journée de championnat coincée entre les fêtes de fin d’année et les congés obligatoires accordés aux joueurs.

Quesada: "C'est un plaisir de bosser"

« C’est compliqué, soupire le manageur parisien. On a repris aujourd’hui. On ne va pas s’entraîner trois jours de suite car cela nous mettrait en danger physiquement. On a donc fait une heure ce mercredi. Demain jeudi, on ne s’entraînera pas. Vendredi, on fera juste une mise en place. Et comme samedi on joue à 15 heures, on ne pourra rien faire le matin non plus. Voilà, on a essayé de rester sur des repères très simples. En plus, on a des pépins, des reprises de blessures qui traînent... Nous n’avions pas assez de joueurs aujourd’hui. Ce n’est pas évident. Heureusement qu’on est en milieu de saison et que tout le monde a ses repères. »

Alors que la Ligue et Canal + avaient fini par accepter d’avancer au 22 et 23 décembre la journée précédente initialement programmée le 24, cette 15e journée se déroulera bien sur tout le week-end du Nouvel An. Une exception par rapport aux autres sports collectifs.

Gonzalo Quesada ne cherche surtout pas à s’apitoyer : « Comme j’ai dit aux joueurs : nous avons plein de privilèges à être dans un sport professionnel. Il faut être lucides et penser au quotidien des gens qui travaillent du lundi 7 heures du matin jusqu’au vendredi soir, pour des petits ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant