Rugby, Top 14 : Toulon prêt pour la vente

le , mis à jour à 10:13
0
Rugby, Top 14 : Toulon prêt pour la vente
Rugby, Top 14 : Toulon prêt pour la vente

Dans un western, les portes de saloon s'apprêteraient à claquer et les colts seraient déjà dégainés. L'explication s'annonce à peine moins théâtrale sur la rade après la dernière sortie pathétique de Toulon au stade Mayol, une défaite (25-21) contre Brive lors de la troisième journée du Top 14, samedi. Mourad Boudjellal, le président du RCT a aussitôt fait dans l'emphase : « Je peux virer les coachs mais je peux aussi me virer. » Le climat, déjà tendu, s'est alourdi un peu plus. Les exagérations présidentielles sont coutumières, d'accord, mais celle-là révèle un mal profond. L'héritage de Bernard Laporte (trois titres de champion d'Europe et un bouclier de Brennus entre 2011 et 2016) risque de partir en miettes. A peine arrivé, Diego Dominguez, le nouveau manageur, se retrouve sur la sellette, mais plus que ça encore, Boudjellal pense réellement à passer la main, à 56 ans, après une décennie de construction ponctuée par les plus beaux trophées.

 

Une équipe sans âme

 

Samedi, à Mayol, dans ce vieux stade redouté, magnifié par tous ceux qui s'y sont produits, les journaux n'ont pas volé pour saluer les héros en rouge et noir. La prestation insipide des Toulonnais a dévoilé les soucis d'une équipe finaliste du Top 14 il y a à peine plus de deux mois : pas de jus, pas d'envie, pas d'inspiration et surtout pas de combat. Il n'y avait rien dans ce second revers en trois matchs et c'était beaucoup trop pour le président.

 

Dominguez dans le viseur

 

Mourad Boudjellal a déclaré que le sort de l'Italo-Argentin serait réglé lors du déplacement à Toulouse, dimanche. En fait, il est scellé depuis bien plus longtemps. Bluffé par l'ancien ouvreur du XV d'Italie et du Stade Français lors d'un déjeuner avec Bernard Laporte, le président toulonnais lui confie les clés de son bolide tout en lui demandant d'accompagner, en observateur, les six derniers mois de Laporte à partir de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant