RUGBY. Top 14. Pourquoi Quesada a une telle cote

le
0
RUGBY. Top 14. Pourquoi Quesada a une telle cote
RUGBY. Top 14. Pourquoi Quesada a une telle cote

C'est sans doute la rançon du succès. Depuis le début de la semaine, Gonzalo Quesada (à qui vous pouvez poser vos questions via ce lien !) a reçu « deux cents demandes d'interview », assure-t-il. A 41 ans, l'entraîneur parisien fait aujourd'hui l'unanimité sur la scène du rugby français. Arrivé à l'été 2013 en provenance du Racing-Métro, l'ancien adjoint de Marc Lièvremont au sein du staff de l'équipe de France (2008-2011) ne risque pas de se laisser distraire par les louanges.

Plus que jamais, le technicien argentin reste fidèle à la méthode qui lui a si bien réussi jusqu'ici : le travail. « C'est le premier qui arrive au stade et le dernier qui en repart, témoigne Jules Plisson, le demi d'ouverture parisien. Il bosse comme un fou. Il m'impressionne parce qu'il est tout le temps là ! Il s'inquiète sans cesse pour le bien du groupe et met tout en oeuvre pour que chacun s'y sente au mieux et s'épanouisse. »

« Il vit rugby 365 jours sur 365, confirme Pierre Arnald, directeur général du Stade Français. Il ne vit que pour ça. C'est ce qui fait qu'il est bon. Il est toujours focalisé sur les détails, la préparation, sur le temps de trajet pour aller au stade, les places des femmes des joueurs dans les tribunes... Sur une semaine comme celle-là, il ne dort pas ! »

La réussite de Quesada ne surprend pas. « S'il a ce niveau-là aujourd'hui, c'est qu'au départ il en avait le potentiel, explique Marc Lièvremont. Il y a son passé de joueur international (NDLR : 38 sélections avec l'Argentine). Mais c'est aussi un garçon intelligent, ouvert, passionné par le jeu, bosseur et qui apprend vite. » L'ancien patron du XV de France ajoute : « Un de ses gros points forts, c'est d'être un homme extrêmement sociable, réfléchi, qui s'est passionné en plus pour la psychologie. » La méthode Quesada s'applique aussi bien aux joueurs qu'au reste du staff. « Des garçons comme Jeff Dubois, Simon Raiwalui, Adrien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant