Rugby, Top 14 : Maynadier, le talonneur ingénieur

le , mis à jour à 10:20
0
Rugby, Top 14 : Maynadier, le talonneur ingénieur
Rugby, Top 14 : Maynadier, le talonneur ingénieur

Lors des rares moments de liberté octroyés par leur manageur, les joueurs de Bordeaux-Bègles se reposent, du moins en général. Clément Maynadier, lui, a une tout autre occupation. Le talonneur international, 2 sélections en équipe de France (lors de la tournée en Argentine en juin), travaille à temps partiel alors que le rugby est déjà son métier.

Ainsi, deux après-midi par semaine, cet ingénieur en aéronautique, diplômé de l'Ecole nationale supérieure des mines d'Albi, se rend dans les locaux bordelais de l'entreprise Safran Aircraft Engines.

Dans des bureaux installés sur la rive droite de la ville, il travaille sur les moteurs M88 des avions Rafale. Sa mission : la mise en place d'outils de mesure et de contrôle. Des projets à long terme, car le rugby ne lui permet pas de s'investir sur du court terme. Cela suffit à son bonheur.

« C'est très important pour moi de travailler, dit-il. Cela me permet de valider mon diplôme. C'est aussi une bouffée d'oxygène. On vit en autarcie, dans le rugby. Ici, on en parle un peu mais c'est tout. Cela permet de revenir à la réalité et de rencontrer d'autres personnes. »

Clément Maynadier, qui bénéficie d'horaires aménagés, travaille chez Safran depuis presque deux ans. A l'origine, une rencontre lors d'une journée consacrée à l'aéronautique où le talonneur représentait son club. Coup de foudre réciproque entre deux univers qui se rejoignent. Pour Safran, Clément « incarne les valeurs du rugby, l'entraide et la recherche de la performance, comme dans l'entreprise. »

A l'Union Bordeaux-Bègles, à partir du moment où cela ne nuit pas à ses performances, on voit aussi cette particularité d'un bon oeil. Pour Raphaël Ibañez, le manageur girondin, l'essentiel, c'est « l'équilibre du joueur ». Pour le moment, c'est le cas, même si l'arrivée d'un deuxième enfant la semaine dernière a un peu bouleversé l'organisation familiale. Mais le talonneur de l'UBB ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant