Rugby. Top 14. Le Stade Français fait craquer Grenoble

le
0
Rugby. Top 14. Le Stade Français fait craquer Grenoble
Rugby. Top 14. Le Stade Français fait craquer Grenoble

«QUAND on voit la qualité de jeu qu'ils déploient à la maison,  cela ne serait pas un exploit de gagner à Grenoble mais un gros défi relevé?». Avant le déplacement du Stade Français en Isère, Gonzalo Quesada avait tracé avec modestie les contours d'un éventuel succès. Face à un adversaire qui restait sur six victoires en six matchs sur sa pelouse par 30 points de moyenne et avait été capable d'aller battre Toulouse lors de la journée précédente, Paris a pourtant bien réalisé une énorme performance hier soir pour l'emporter en inscrivant cinq essais (43-30).

Les Parisiens occupent ainsi la première place provisoire du Top 14. Ils le doivent à leur troisième succès à l'extérieur après ceux ramenés face à Castres (25-22 lors de la 1ère journée) et Toulon (28-24, 5e journée). Dominateurs dans tous les domaines, les Parisiens ont construit leur succès grâce à deux essais en première période par Arias (11e) et Burban (28e). Une belle récompense pour le troisième ligne international qui effectuait son retour après trois mois d'absence pour cause de blessure au pied. Ils ont enfoncé le clou au début de la seconde période à la suite d'une percée éclair de Nayacalevu (26-9, 43e).

Point de bonus offensif bêtement perdu

Comme souvent, Grenoble s'en est longtemps remis à la solidité des coups de pied de Wisniewski pour exister.  Il a fallu un vent de révolte et un essai de Faure (53e) pour entretenir un mince espoir côté Grenoblois revenus alors à douze longueurs. Mais dans la foulée, Plisson réussissait une nouvelle pénalité malgré les sifflets irrespectueux d'une partie du public (31-16, 55e). Le carton jaune pour contestations répétées d'Héguy, le capitaine isérois, semblait condamner définitivement son équipe. Dans une fin de rencontre un peu folle, Ratini répondait à Nayacalevu (63e) en inscrivant son dixième essai de la saison (66e). Mais Paris reprenait le point de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant