Rugby, Top 14 : le Racing, tout en douleurs

le , mis à jour à 09:41
0
Rugby, Top 14 : le Racing, tout en douleurs
Rugby, Top 14 : le Racing, tout en douleurs

La mauvaise humeur s'est insinuée hier, tout autour du vieux stade Yves-du-Manoir de Colombes d'abord, puis à l'intérieur. Quelques caméras de médias peu habitués des lieux, venues tâter le pouls du public devant les grilles d'entrée après « l'affaire » des corticoïdes, ont été priées de laisser les spectateurs tranquilles. Celles de Canal +, le diffuseur, ont, elles, été privées de vestiaire. Le Racing tout entier était dans sa coquille hier après-midi et il a bien failli ne jamais en sortir.

 

Un tel engourdissement s'est emparé des Ciel et Blanc qu'ils ont regardé jouer les Parisiens toute la première période. Leur succès, à la dernière seconde d'un derby qui n'a pas déchaîné les passions, est d'ailleurs plutôt heureux. « Il ne faudra en retenir que la victoire », souffle le demi de mêlée Maxime Machenaud. A quelques pas, son entraîneur Laurent Labit se montre beaucoup plus véhément. « Même quand on a été champions, il n'y avait pas autant de monde, glisse-t-il ironique en entrant en salle de presse. On ne peut pas être indifférent à ce genre de choses (NDLR : la révélation par le journal l'Equipe de la découverte de traces de corticoïdes dans les urines de Carter, Rokocoko et Imhoff au soir du sacre à Barcelone le 24 juin). Personne ne peut l'être. Cela touche des hommes et leur honneur. On va laisser passer la procédure (les joueurs sont convoqués mercredi par la commission médicale de la Fédération française en charge de vérifier que tout a bien été fait dans les règles) et puis on va se lancer dans la bataille, contre ceux qui ont essayé d'exister en parlant de choses qu'ils ne connaissaient pas tout. C'est compliqué pour nous parce que c'est l'humain qui est touché. »

 

Le match semble déjà bien loin. « Les garçons en cause sont des joueurs fantastiques, exemplaires, ajoute Labit. Ce sont les plus brillants que j'aie jamais côtoyés. J'ai passé deux jours très ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant