Rugby, Top 14 : le Racing s'impose en champion contre Toulouse (28-14)

le
0
Rugby, Top 14 : le Racing s'impose en champion contre Toulouse (28-14)
Rugby, Top 14 : le Racing s'impose en champion contre Toulouse (28-14)

Rien de tel qu’une belle petite victoire de prestige pour honorer son rang. Le champion de France de Rugby, sûr de son fait, n’a pas tremblé dans son antre pour dominer Toulouse (28-14). Et le Racing a provoqué l’euphorie de ses supporteurs. Ça swingue désormais dans les travées de Colombes. Comme jamais. Ça chante, ça hurle, ça s’exprime. Enfin. Blondes ou brunes, à rouge à lèvres ou à moustache, toutes les têtes poussent de la voix en variant les airs et les tons. Une véritable ambiance de féria du Sud-Ouest.

 

Une fête sans les plus jeunes néanmoins puisque, télé oblige, la rencontre de Top 14 a été programmée à 21 heures alors que l’école a repris et qu’il y a classe ce matin. Le vieux stade Yves-du-Manoir à Colombes (Hauts-de-Seine), qui vit sa dernière saison comme hôte du Racing — il sera remplacé dans un an par l’Arena 92, enceinte futuriste sortie de terre non loin de là, à Nanterre — a donc vibré comme dans ses plus beaux souvenirs. Le bouclier de Brennus y est pour beaucoup. Un champion, ça attire, ça impressionne, ça donne des idées.

 

Le réalisme francilien plus fort que l’envie toulousaine

 

Et sur le terrain ? La musique n’a pas tout à fait été la même. Un début en fanfare certes, mené tambour battant par des Toulousains qui avaient envie de rappeler à tout le monde qu’ils ont eux aussi connu les plus grands honneurs, même si leur dernier titre, qui remonte à 2012, commence à dater. Avec Maestri en maestro, vif comme un junior, Fickou sur ressorts et Huget affamé, les joueurs d’Ugo Mola ont tenté de montrer qu’ils étaient bel et bien de retour, que cette danse des bulldozers n’avait pas de secret pour eux et qu’ils pouvaient très bien se retrouver sacrés rois au printemps prochain, après tout…

 

On en est loin. Leurs intentions se sont vite fracassées sur l’imposante carrure et le froid réalisme de la machine francilienne. Comme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant