Rugby, Top 14 : le Racing brise les espoirs du Stade Français

le
0
Rugby, Top 14 : le Racing brise les espoirs du Stade Français
Rugby, Top 14 : le Racing brise les espoirs du Stade Français

Le Racing a le droit de rêver à la phase finale. En l'emportant (32-22) au stade Jean-Bouin à Paris contre le Stade Français, qui ne s'était jamais incliné chez lui cette saison, le club francilien a réintégré les six premiers du classement et s'est ouvert de nouvelles ambitions à trois journées du terme du championnat régulier du Top 14.

Les Parisiens, eux, sont quasiment éliminés de la course. «On n'a pas tenu notre rang, a regretté Jérôme Fillol, au micro de Canal+. Je suis déçu par l'arbitrage qui n'a pas joué en notre faveur. Nous ne sommes pas récompensés de nos efforts. Je suis un peu éc?uré.»

Il n'a pas fallu longtemps pour entrer dans le vif du sujet. Ce choc entre voisins était aussi une opposition de styles. Et, sur ce plan, ils n'ont déçu ni l'un ni l'autre. Le Stade Français, fidèle à ses habitudes, a commencé pied au plancher, par un jeu de passes qui aurait mérité un meilleur sort. En face, le Racing, solide, appliqué, a d'abord profité des erreurs parisiennes avant de poser méthodiquement sa main sur le match.

Le Racing a été aidé dans son entreprise par la faillite de l'ouvreur du Stade Français Morné Steyn. Le Sud-Africain, particulièrement lent, s'est fait intercepter par Benjamin Fall dès la sixième minute alors que l'essai semblait tout fait pour Paris. Au bout d'une course sans obstacle de quatre-vingt-dix mètres, l'ailier du Racing a placé les siens sur les bons rails. On se demande d'ailleurs, si, vu la volonté de jouer des hommes de Gonzalo Quesada, il n'aurait pas été plus judicieux d'aligner Jules Plisson à la place de Morné Steyn.

On ne refait pas l'histoire et le Stade Français ne s'en est jamais vraiment remis. Un essai de l'ailier Vuidravuwalu sur un dégagement contré de Maxime Machenaud dès le début de la seconde période (41e) a fait renaître un peu d'espoir chez les Parisiens, alors menés 18 à 11. Mais le match est devenu heurté, écrasé par l'enjeu. Un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant