Rugby, Top 14 : le Racing arrache le nul 9-9 à Brive

le
0
Rugby, Top 14 : le Racing arrache le nul 9-9 à Brive
Rugby, Top 14 : le Racing arrache le nul 9-9 à Brive

Ils s'attendaient à un combat. Ils n'ont pas été déçus. Les Franciliens ont arraché à la dernière seconde à Brive un nul (9-9) précieux sur le fond et la forme. Ce résultat, à défaut de leur permettre d'intégrer les six premières places, les rassurera et leur permettra d'accueillir Toulon dans une semaine avec la confiance nécessaire.

Dès la 2e minute le ton était donné. Benjamin Fall, qui a eu la douleur de perdre son père dans la matinée, chargeait dans le dos un Briviste. Il était aussitôt pris à partie par deux Corréziens énervés tandis qu'à quelques mètres de là c'est Wencelas Lauret qui se retrouvait en sang après les coups de poings de Ribes et Waqaniburotu.

Poussés par 10 000 supporteurs, les Brivistes livraient un gros combat. Les Ciel et Blanc tenaient bon mais perdaient très tôt Van der Merwe (8e) et Wisniewski (19e) blessés. Les grandes envolées étaient rares. Chaque équipe se retrouvait à 14 après les cartons jaunes de Péjoine (21e) et Gérondeau (40e) pour des en-avants volontaires. Mais en chemin, ce sont les Corréziens qui laissaient échapper le plus de points avec un drop (29e) et deux pénalités (34e, 40e) manqués. A la pause, le score (3-3) en disait long sur l'intensité du combat.

Lauret touché au genou

Rien ne changeait en seconde période. Lapeyre et l'ailier briviste Namy s'accrochaient. Fall se précipitait pour faire le coup de poing et échappait de peu au carton. Une pénalité face au poteau permettait à Brive de prendre l'avantage (6-3, 49e). Sexton égalisait (6-6, 61e). Le Racing perdait un nouvel élément : Lauret, visiblement sérieusement touché au genou droit. La réussite fuyait toujours Germain. L'ancien arrière francilien loupait une nouvelle pénalité (69e) ce qui commençait à agacer considérablement le public briviste. Mais Sexton l'imitait peu après (73e).

Alors, quand Brive obtenait la pénalité supposée de la gagne à trois minutes de la fin, le public ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant