RUGBY. Top 14. Jules Plisson : « Compliqué de trouver ma place »

le , mis à jour à 19:20
0
RUGBY. Top 14. Jules Plisson : « Compliqué de trouver ma place »
RUGBY. Top 14. Jules Plisson : « Compliqué de trouver ma place »

Le bon air de Capbreton l'a piégé. « J'ai pris des coups de soleil ! » rigolait, ce lundi, Jules Plisson, avant de passer à table. Opéré de l'épaule gauche fin avril, l'ouvreur parisien (23 ans) termine ce mercredi son séjour de trois semaines au centre de rééducation des Landes. Par deux fois, il l'a interrompu pour assister aux matchs de phase finale du Stade Français. Des moments forts en émotions.

Comment vivez-vous cette phase finale ?

JULES PLISSON. Déjà, c'est moi qui ai décidé de partir à Capbreton parce que j'aurais pu tout faire à Paris. J'ai voulu me couper du club, car je pensais que ça allait être compliqué de faire mes soins en voyant les mecs préparer cette phase finale que j'attendais depuis si longtemps.

Mais vous avez tenu à assister au match de barrage face au Racing...

Je voulais même être avec eux à l'hôtel. Sauf que mon vol a eu du retard, et je suis arrivé, avec ma petite valise et habillé en civil, cinq minutes avant le départ du bus ! Ça m'a permis d'aller avec eux au stade. Ce match a été plus dur à vivre que la demi-finale. Parce que c'était le Racing, dans un stade Jean-Bouin plein. Dans le vestiaire, avant le coup d'envoi, les larmes sont montées plusieurs fois. Je pense que, pour la finale, avec la remise des maillots, tout ça, ça va être compliqué...

Pour la demi-finale, vous avez retrouvé le groupe à Bordeaux en voiture...

Oui, je suis arrivé à 15 heures. Mais je n'ai pas voulu rester avec eux toute la fin d'après-midi parce que ça allait être long, tendu. Je suis parti avec les préparateurs physiques au stade et j'ai attendu quatre heures. J'ai essayé d'aider les mecs qui préparaient le vestiaire. J'ai pris un ballon, je suis allé sur le terrain, j'ai tapé...

C'était dur de tenir en place ?

Le truc, c'est que vous avez envie d'aider vos coéquipiers, mais vous avez peur de les déranger. J'ai essayé d'être discret. C'est compliqué de trouver ma place. A la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant