Rugby - Top 14 : et si la Ligue se faisait plumer par Canal et beIN ?

le
0
Max Guazzini, vice-président de Ligue nationale de rugby (LNR), et Paul Goze, son président.
Max Guazzini, vice-président de Ligue nationale de rugby (LNR), et Paul Goze, son président.

Le rugby français est-il fauché ou juste un peu (trop) gourmand ? C'est la question qui secoue le monde de l'Ovalie depuis le début du mois de décembre. Ou plutôt ses potentiels diffuseurs. Pour l'heure, il n'y en a qu'un unique, historique, Canal+. La chaîne cryptée diffuse depuis vingt ans du rugby sur ses différents canaux, y consacre émissions spéciales (La séance rugby, Les spécialistes rugby), magazines et autres reportages (Inside Stade français), le tout avec le "savoir-faire Canal" et surtout une exposition loin d'être négligeable (cinq millions d'abonnés).

Mais voilà, la Ligue nationale de rugby (LNR) a décidé d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs, du côté des contrées qataries de beIN. De quoi couper l'herbe sous le crampon du diffuseur historique. En dénonçant le contrat qui la liait à Canal+ jusqu'en 2016 pour lancer un nouvel appel d'offres, la LNR a en effet pris tout son monde à contre-pied. Lundi 2 décembre, le quotidien Midi olympique annonçait même dans ses colonnes que l'instance gérant le Top 14 et la Pro D2 allait renouveler sa confiance à la chaîne cryptée. Mais patatras, dans la foulée, l'info était contredite. Pourquoi une telle feinte de corps de la part de l'organisme gérant le rugby professionnel ? Une histoire de gros sous, évidemment.

De 31 à 120 millions par an !

Car, de sources proches du dossier, l'affaire était quasi conclue, de gré à gré, avec Canal. Le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant