Rugby, Top 14 : bagarre générale lors de Grenoble-Brive

le
0
Rugby, Top 14 : bagarre générale lors de Grenoble-Brive
Rugby, Top 14 : bagarre générale lors de Grenoble-Brive

La rencontre de Top 14 entre Grenoble et Brive, première victoire remportée cette saison par le club de l'isère (36-23), a été marquée par une bagarre générale, et l'expulsion de trois joueurs, dont deux Grenoblois.

Après une ouverture briviste sous une chaleur écrasante, les Grenoblois se sont réveillés par une belle combinaison (Taumalolo, 21e), avant d'enfoncer le clou juste avant la mi-temps McLeod (37e).

La fin de première mi-temps était pour le moins houleuse. Les joueurs se chambraient mutuellement dans les mêlées. Une bagarre générale éclatait logiquement suite à l'une d'elles, interrompant la rencontre durant de longues minutes.

Le trois quart Nigel Hunt et le première ligne Sona Taumalolo étaient expulsés côté isérois, tandis que le pilier Damien Jourdain, tout juste entré, était l'unique Briviste sanctionné d'un carton rouge.

 

Un premier succès mérité

De retour des vestiaires, Grenoble résistait en dépit de son infériorité numérique, redoublant d'efforts et grattant des ballons en touche et dans les rucks. Mais Brive profitait de la plus petite largesse défensive pour se montrer dangereux et c'est ainsi que Asieshvili trouvait la faille, ramenant ses partenaires à trois points des Isérois (57e).

Grenoble n'abdiquait pas, d'autant que Ledevedec récoltait côte visiteur un carton jaune. Dans une ambiance survoltée, Batlle, lancé à pleine vitesse, effaçait trois Brivistes venus à sa rencontre pour le troisième essai du FCG (63e).

Tout était à refaire pour Brive, mais, trop souvent pénalisés, ils laissaient s'envoler les Grenoblois et le point de bonus défensif.

Impérial en touche, en mêlée, dans les rucks et dans l'envie, Grenoble décrochait un premier succès mérité.

Après neuf défaites consécutives

Cette victoire importante, décrochée à 13 contre 14, permet aux Grenoblois de Bernard Jackman - qui totalisent désormais 5 points mais demeurent à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant