Rugby : Szarzewski, Monsieur Derby

le , mis à jour à 09:32
0
Rugby : Szarzewski, Monsieur Derby
Rugby : Szarzewski, Monsieur Derby

Il a beau chercher dans sa mémoire, Dimitri Szarzewski, 33 ans, ne parvient pas à calculer le nombre de derbys qu'il a disputés durant sa carrière. « Entre Béziers - Perpignan, Béziers - Narbonne, Stade Français - Racing et Racing - Stade Français, je ne peux pas me souvenir de tout... » lâche en souriant l'actuel capitaine du club des Hauts-de-Seine.

 

Alors que les champions de France s'apprêtent à recevoir leur rival parisien, samedi (14 h 45), devant 12 000 spectateurs au stade Du-Manoir à Colombes, l'ancien talonneur du XV de France, 83 sélections, n'a en revanche rien oublié du parfum particulier de ces rendez-vous entre voisins. Même si, fort de ses onze saisons passées entre le Stade Français (2005-2012) et le Racing (depuis 2012), il peut assurer que la rivalité entre les deux clubs n'a « rien à voir » avec ce qui se fait en province. « C'est complètement différent, assure-t-il. On ne peut pas comparer. Au niveau de l'atmosphère extérieure, du public, des supporteurs... Ici, on est beaucoup plus anonymes. »

 

Cette tranquillité ambiante n'est toutefois pas synonyme de manque d'intérêt pour ce rendez-vous entre les peuples rose et ciel et blanc. Szarzewski est bien placé pour le savoir. Quand on lui demande quel derby l'a le plus marqué, sa réponse fuse : « Mon premier au Stade de France avec le Racing, quand je venais d'arriver. » « J'avais à coeur de gagner ce match pour montrer que j'avais fait le bon choix, se rappelle-t-il au sujet de ce rendez-vous de décembre 2012 remporté 23-15. Ça m'avait vraiment préoccupé. Toute la semaine, j'avais senti l'adrénaline. C'était quelque chose. Un moment très particulier... »

 

Son fils Hugo vient de perdre contre le Stade français !

 

Aujourd'hui, ce rendez-vous reste toujours « particulier » pour lui étant donné son passé dans les deux clubs et le nombre de ses connaissances dans le camp d'en face. « J'ai envie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant