RUGBY. Stade Français - Racing : la tension monte avant le barrage

le
0
RUGBY. Stade Français - Racing : la tension monte avant le barrage
RUGBY. Stade Français - Racing : la tension monte avant le barrage

Du côté parisien, sous le soleil du stade de la Porte d'Auteuil, à deux pas des échanges de balles de Roland-Garros, les joueurs du Stade Français ont effectué un dernier entraînement animé. Une cinquantaine d'enfants, de différents centres de loisirs, avaient en effet été conviés à assister depuis les tribunes à la séance.

La tension monte à Jean-Bouin.. #derby #barrage #SFPRM92 pic.twitter.com/9irXz0NcVT— Le Parisien - Sports (@LeParisienSport) 27 Mai 2015

Seulement voilà : leurs cris d'encouragement, qui ont résonné dans Jean-Bouin, ont vite agacé le staff parisien et notamment l'entraîneur Gonzalo Quesada surpris par de telles conditions. Après trente minutes de séance, les enfants ont été invités à quitter le stade pour laisser la mise en place se poursuivre à huis clos et dans le calme.

D'un point de vue sportif, les Parisiens pourraient décider de laisser Pascal Papé sur le banc des remplaçants au coup d'envoi. Le deuxième ligne du XV de France avait effectué son retour de suspension la semaine dernière, à Brive où il avait écopé d'un carton jaune. Son entrée en cours de jeu serait un atout de poids pour Paris.

Szarzewski incertain côté ciel et blanc

Au Racing-Métro, c'est autour de la titularisation ou non de Dimitri Szarzewski que le mystère plane toujours. Absent initialement de la liste des joueurs convoqués au point-presse d'avant match, le talonneur s'est finalement présenté devant les médias. Il est en revanche resté volontairement vague sur l'état de sa cheville gauche qui l'avait contraint à faire l'impasse sur le dernier match de Top— face à Castres.

"Le Stade Français est favori." Laurent Travers, coentraîneur du Racing-Métro #derby #barrage #J-2 pic.twitter.com/dYLJaUXywN— Le Parisien - Sports (@LeParisienSport) 27 Mai 2015

Le capitaine habituel des Ciel et Blanc en a profité pour reconnaître qu'il était «très heureux» que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant