RUGBY. Stade Français - Racing : Jean-Bouin se souviendra de cette fête

le
0
RUGBY. Stade Français - Racing : Jean-Bouin se souviendra de cette fête
RUGBY. Stade Français - Racing : Jean-Bouin se souviendra de cette fête

« Et 1 et 2 et 3-0 ! » Les supporteurs parisiens n’ont pas manqué de saluer en fin de match leur triomphe total cette saison sur leur adversaire et voisin. Ils ont aussi hurlé des «  On est en demie, on est en demie ! » pleins de bonheur. Avant d’ovationner leurs héros lors d’un tour d'honneur chargé d'émotion. «Qui ne saute pas n'est pas pari-sien !» ont aussi chanté les 19 000 spectateurs à l'issue du succès face au Racing-Métro (38-15) synonyme de qualification pour les demi-finales du Top—, où ils rencontreront Toulon, à Bordeaux.

38-15 ! Le Stade Français en demi ! #Top14 pic.twitter.com/kgCszrXAf1— Le Parisien - Sports (@LeParisienSport) 29 Mai 2015

Dans un stade Jean-Bouin comble, l’ambiance aura été passionnée. Longtemps, les Parisiens, à domicile, ont fait régner le rose dans les gradins au rythme de la domination des leurs. Il a fallu l’essai de Machenaud, juste avant la pause, pour distinguer des petits drapeaux Ciel et Blanc dispersés un peu partout dans le stade, alors que l’essentiel des fans du Racing étaient regroupés dans le virage opposé. Tendues sur la pelouse, les relations sont restées bon enfant en tribunes, jusque dans le respect des tentatives des buteurs adverses.

Tout avait pourtant mal commencé pour les Parisiens. A 19 h 15, lorsque le bus des joueurs entrent dans le stade Jean-Bouin, pas un seul drapeau rose n’est en effet là pour les accueillir. Au contraire, c’est devant un groupe de supporteurs Ciel et Blanc qu’il franchit la grande porte du stade. Un « Ici, ici, c’est la banlieue ! » jaillit. Vingt minutes plus tard, lorsque le bus du Racing-Métro arrive enfin, c’est une centaine de fans du Racing qui forment une haie d'honneur. Ils sont tellement nombreux que le chauffeur renonce à pénétrer dans l'enceinte. Les joueurs descendent du bus et entrent dans Jean-Bouin au milieu des chants et des tapes d’encouragement de leurs supporteurs. Les « Ici, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant