Rugby : Stade français, histoire d?une renaissance

le
0
La joie des joueurs du Stade français après leur victoire face au RC Toulon, en demi-finale du Top 14.
La joie des joueurs du Stade français après leur victoire face au RC Toulon, en demi-finale du Top 14.

Juin 2007. Au Stade de France, le Stade français soulève le bouclier de Brennus après avoir battu Clermont (23-18). À l?époque, Max Guazzini n?en finit plus de rendre le rugby populaire dans la capitale. La bande à Dominici, Skrela, Rabadan et Roncero fait le bonheur des femmes ? avec le fameux calendrier ? et des fans en remportant pour la treizième fois le championnat, la quatrième des années 2000. Mais l?euphorie ne dure pas et la gueule de bois va durer huit ans. Huit saisons difficiles, marquées par un turnover impressionnant de managers (cinq depuis 2008), un changement de stade et de longs mois à travailler dans l?ombre avant de retrouver la lumière, ce samedi en finale, contre Clermont à nouveau.

 

RETROUVEZ les meilleurs moments de la finale en 2007 :

Au bord du dépôt de bilan

Certes, en 2009, le Stade français se hisse en demi-finale (défaite face à Perpignan) avant de ne plus retrouver les phases finales. La saison suivante, le duo d?entraîneurs formé par l?Australien McKenzie et la figure du club Christophe Dominici est remercié dès la cinquième journée. Deux ans plus tard, alors qu?un autre Australien, Michael Cheika, dirige l?équipe, le Stade français signe sa pire saison depuis son retour dans l?élite en 1997, en terminant onzième.

Dans le même temps, la politique de recrutement est pointée du doigt : les gros salaires que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant