Rugby. Six Nations : la France s'incline avec panache face à l'Angleterre

le
0
Rugby. Six Nations : la France s'incline avec panache face à l'Angleterre
Rugby. Six Nations : la France s'incline avec panache face à l'Angleterre

Match fou ce samedi à Twickenham. Le XV de France, très joueur dans l'esprit, s'est incliné de 20 points contre l'Angleterre (55-35) et offre le Tournoi des VI Nations 2015 à l'Irlande.

Les Anglais devaient s'imposer avec au moins 26 points d'écart pour remporter le Tournoi et se projeter tête haute sur la prochaine Coupe du monde qu'ils accueilleront à partir du mois de septembre. Les Français, eux, souhaitaient se faire pardonner une édition 2015 terriblement morose et se donner des raisons d'espérer un avenir meilleur. Les ingrédients étaient donc réunis pour un match ouvert. Confirmation dès la 2e minute. Sur une erreur de passe de Plisson en sortie de mêlée, Ben Youngs se met directement en évidence. Essai transformé, les Bleus sont menés 7 à 0.

VIDEO. Le premier essai anglais de Youngs

Une pénalité de Plisson dix minutes plus tard marque le début d'un état de grâce tricolore. Tillous-Borde, d'un contre solitaire de 70 mètres permet au XV de France de passer en tête, malgré la transformation manquée par Plisson (7-8, 14e). Puis Nakaitaci, décalé en bout de ligne, prend de vitesse la défense anglaise avant d'aplatir de justesse dans l'en-but anglais (7-15, 18e).

VIDEO. L'essai de Tillous-Borde

Sonné par le réveil tricolore, le XV de la Rose n'abdique pas et punit alors la moindre erreur des Bleus. Watson réduit l'écart en marquant un essai né d'un ballon perdu par les Français sur un contre-ruck (17-15, 30e). Et petit à petit l'Angleterre se détache. Joseph remonte tout le terrain après une touche rapidement jouée à 5 mètres de la ligne anglaise, puis Ford se joue des placages et aplatit seul sous les poteaux après une pénalité rapidement jouée. (24-15, 36e). Une dernière pénalité de Ford conclut une mi-temps un peu folle (27-15, 40e).

Douze points au pied abandonnés en route par Plisson et Kockott

La seconde période commence de manière tout aussi spectaculaire. D'entrée, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant