Rugby: Serge Blanco ravi de commencer par les Harlequins

le
0

par Claude Canellas

BORDEAUX (Reuters) - Pour sa treizième participation consécutive à la Coupe d'Europe, Biarritz débute par un gros morceau samedi à Londres face aux Harlequins, champions d'Angleterre en titre, ce qui n'est pas pour déplaire au président Serge Blanco.

Alors que son équipe reste sur quatre défaites consécutives, en Top 14, après avoir commencé par quatre succès, l'ancien arrière international voit dans ce match face à la meilleure équipe du groupe une opportunité de se jauger et de se situer dans cette compétition.

"C'est sans doute mieux de commencer par les Harlequins parce que ce sont les plus forts et que ça peut nous permettre de nous refaire une petite santé après nos derniers résultats", a dit Serge Blanco dans un entretien à Reuters.

"Ça permettra aussi de calculer ce qu'on devra faire par la suite dans cette compétition pour se qualifier, ce qui est notre objectif. Même avec l'envie de gagner, si on perd là-bas, il faudra surtout ne pas le faire avec un point de bonus contre nous."

Les Basques ne partent pas totalement dans l'inconnu puisque la saison dernière, c'est dans ce Stoop de Twickenham qu'ils ont battu Toulon en finale du Challenge européen, leur seul titre continental malgré deux finales de Coupe d'Europe en 2006 et 2010.

"A l'entrée dans ce stade, les joueurs auront peut-être un petit pincement au coeur mais ce qui va les motiver, c'est de redresser la barre par rapport à nos dernières sorties", pense le président biarrot.

"FIERTÉ"

Battus logiquement par plus fort qu'eux à Castres (28-13) et à Aguilera par Toulon (36-9), les hommes de Jack Isaac et Serge Milhas se sont inclinés deux fois d'un point, au Racing (13-12) et dans le derby basque face à Bayonne (16-15).

Ces deux résultats sont restés en travers de la gorge de Blanco, un des rares présidents du Top 14, avec celui de Perpignan Paul Goze, à avoir joué au plus haut niveau.

"Au Racing on aurait pu gagner sauf que l'arbitre ne l'a pas voulu, comme à domicile face à Bayonne", souligne le bouillant président.

"Quand j'envoie un courrier officiel comme nous l'autorise le règlement et que l'arbitre du derby répond qu'il y a eu quelques erreurs, je me dis que les matchs pour nous se suivent et se ressemblent."

Vif sur le sujet, il ajoute cependant que "l'homme est faible" et que "ce ne sont que des péripéties".

Après cette mauvaise série, Biarritz est redescendu à la huitième place du Top 14 après huit journées, mais aux yeux de son président "les fantômes de la première moitié de la saison dernière ne rodent pas".

"Aujourd'hui le groupe reste enthousiaste et si samedi il faudra nous passer encore de joueurs expérimentés il y a aussi une chance à saisir pour les autres face aux Harlequins."

A Londres, Dimitri Yachvili et Imanol Harinordoquy, les deux grands absents de ce début de saison, manqueront à l'appel, tout comme Raphaël Lakafia. Damien Traille sera, lui, sur le banc.

Quels que soient l'équipe alignée et l'adversaire, la Coupe d'Europe, où Biarritz affrontera aussi les Zebre (Italie) et le Connacht (Irlande), reste une priorité pour Serge Blanco, "non pas financièrement mais parce que ça fait 13 années consécutives qu'on la dispute".

"Biarritz est l'équipe qui l'a jouée le plus grand nombre de fois consécutivement après Toulouse. Pour c'est une fierté."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant